Le drone Elanview Cicada+
4.7 (93.33%) 3 votes

Le marché un peu fermé des drones il y a quelques années est aujourd’hui en pleine expansion et la concurrence devient vraiment féroce. Si comme partout ailleurs, il y a quelques marques qui sortent vraiment du lot, des constructeurs moins connus présentent aussi des produits parfois vraiment très réussi et d’autres fois un peu moins aboutis.

Présentation

Elanview est une société basée à Shanghai. Elle produit des drones légers grands publics. Si cette marque n’est pas encore très populaire en France, elle n’en est pas à sa première expérience en matière de construction de drone.  Elle en est maintenant à 6 ans d’expérience en matière de développement de  toute la chaîne de  conception du drone depuis le module  et cela pour une production de masse à grande échelle. Cette société est détentrice d’un titre de « entreprise de haute technologie »

La Cicada + est un petit drone avec une caméra intégrée. C’est drone de la même catégorie que le Yuneec Breeze ou le Parrot Bebop 2 par la taille. C’est drone compact qui prend des vidéos en FHD. Sont compris dans le pack original du drone, le drone Cicada +, 4 hélices à monter sur le drone et 4 hélices de rechange, une batterie pour le drone, un chargeur secteur, un cache optique pour protéger la caméra et un guide d’utilisation.

Ce drone promet beaucoup en théorie, qu’en est-il vraiment dans la réalité ? La réponse à suivre

Design

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’en matière de design le Cicada + est loin de fondre dans la masse. Il a un design très original.

Le drone se divise en deux parties : un grand module qui porte tous les composants électroniques et  la caméra. Ce module repose sur une sorte de plateforme amorti par des coussinets en mousse qui absorbe les mouvements du moteur. La seconde partie est formée par la plateforme qui porte les 4 bras avec le moteur et les hélices.

Le module du drone  fait penser un peu à la forme d’une brique. Les bras du drone se trouvent à la base du module. Au bout de chaque bras, il y a 4 moteurs qui contrairement à leur position traditionnelle se trouvent au dessus des hélices. Les hélices quand à elles sont orientées vers le bas. Des protections et un train d’atterrissage sont fournis avec  le drone pour protéger les hélices d’une éventuelle collision avec le sol ou un mur.

La caméra occupe tout l’avant du module. Elle est encastrée dans la coque du drone. Sur le côté on peut voir une entrée pour une carte micro USB.

La batterie du drone  se place dans une trappe à l’arrière du Cicada+. La trappe se ferme par un système de pression sur le dos du drone.

Le look est plutôt dans l’ère du temps. Les finitions ont été soignées. Le drone est en plastique. La couleur est noir est orange et la finition est mate. L’impression générale est plutôt pas mal.

Concernant les dimensions, il fait 23.8 cm de long, 23.8cm de large et 8.7 cm de hauteur pour un poids de 240g. En matière d’encombrement, le Cicada + est suffisamment petit pour être facilement transportable, mais comme il n’est pas pliable, il faut faire attention lors du transport de ne pas casser un élément du drone.

Caractéristiques techniques

Le Cicada + est équipé de moteurs brushless. Les hélices sont de types bipales.  Elles ne sont pas autobloquantes. Leur fixation se fait avec un tournevis. La position spéciale des hélices orientées vers le bas permettent, selon le constructeur,  une meilleure propulsion du drone.  Le désavantage de ce système c’est qu’il vaut toujours mieux faire décoller le drone sur un sol dur. Si vous faites décoller le drone sur un sol sablonneux ou poussiéreux, les hélices soufflent sur le sable et la poussière qui vient alors se déposer sur le drone et vient salir l’optique de la caméra.

La Cicada + peut atteindre une vitesse maximale de 3m/s et une altitude maximale de 100m. C’est une vitesse maximale assez faible par rapport à d’autres drones concurrents mais cela n’est pas vraiment dérangeant dans la mesure où une grande vitesse pour les drones de ce genre sert surtout à se rendre du lieu de décollage vers l’endroit que l’on veut filmer ou vous suivre sur certains modes de vols automatisés, pour le premier c’est surtout un gain de temps et dans le second cas tant que vous êtes à pied ou à bicyclette, il peut vous suivre.

Par contre si vous êtes un pilote confirmé et que vous recherchez de sensations fortes avec de belles pointes de vitesse, ce drone n’est pas pour vous.

L’alimentation en énergie se fait avec une batterie de type Lipo 2S d’une capacité de 1000mAh 7.4V. La Cicada + dispose d’une autonomie maximale estimée par le constructeur entre 10 et 15 minutes. En soit, c’est une autonomie pas trop mal pour ce genre de drone, mais les tests ont montrés que cette estimation est légèrement optimiste car malgré des tests pas trop poussés avec des conditions correctes (vent inférieurs à 10km/h comme préconisé par le constructeur), l’autonomie du drone n’a jamais dépassé les 8 mn. C’est très peu surtout quand on évolue dans la même catégorie qu’un Bebop 2 Power par exemple qui peut justifier d’une autonomie de 30 minutes ou même d’un Yuneec Breeze qui a une « petite » autonomie de 12 minutes. La batterie est amovible et la recharge se fait par un chargeur secteur fourni dans le pack original. Vous pouvez donc si vous souhaitez augmenter un peu l’expérience avec ce drone, vous procurez une batterie de recharge que vous pourrez utiliser pendant que vous rechargez l’autre batterie, mais pour cela, il faut prévoir un budget d’environ 50€ pour l’achat d’une batterie.

Pour le positionnement et le vol stationnaire, le Cicada + s’appui sur un double système, le GPS et le GLONASS. Cela permet de diminuer le temps d’acquisition d’un signal et mais aussi facilite la procédure d’acquisition de signal car ce système permet de capter beaucoup plus de signal. Concernant le vol stationnaire et la stabilité en vol en extérieur, honnêtement, le résultat est loin d’être concluant. Le drone est très instable en vol. Il est incapable de garder une trajectoire et encore moins un vol stationnaire stable. Le pilot doit veiller à tout moment à corriger les dérives  très prononcés et cela si c’est un vol avec une journée sans trop de vent, mais dès qu’il y a un vent qui souffle un peu fort, c’est encore pire. Lors des tests, il a aussi été noté que le drone avait des ralentissements soudains et inexpliqués lorsqu’on effectue des travellings avant ou latéraux. Il aurait été pertinent d’équiper le drone au minimum de capteurs IMU et d’un capteur à ultrason (capteurs présents en série chez les concurrents) en plus du GPS et GLONASS pour une bonne stabilité en vol et un vol stationnaire plus précis. D’autre part, vue la configuration actuelle du drone, les vols en intérieurs (en absence de GPS) sont encore plus compliquées que les vols en extérieurs car le drone livré à lui-même sans aucune stabilisation GPS est très difficile à piloter, donc à proscrire pour les pilotes  non expérimentés.

Le Cicada+ n’est pas fourni avec une radiocommande. Le pilotage du drone se fait avec votre téléphone, ce qui n’arrange pas vraiment les choses concernant la facilité de piloter. En effet, il est toujours plus facile piloter avec une radiocommande et de vrais boutons et joysticks plutôt qu’avec des boutons et joysticks virtuels sur un écran.

Pour les prises de vues, le Cicada+ est doté d’un capteur CMOS Sony de 1/2,3″  de 16Mp avec un objectif fisheye couvrant un champ de 169° pour une ouverture de f/2,8. Cette caméra enregistre des vidéos en Full HD  1080p à 60i/. La stabilisation de l’image sur trois axes se fait numériquement, C’est-à dire que pour pouvoir sortir un vidéo en Full HD stabilisé, la caméra capture les images à un plus haute résolution, probablement du 4K, puis se sert des pixels en surplus pour stabiliser l’image.

La caméra peut-être ajustée manuellement de 15°. Elle peut ainsi pointer soit vers le bas, soit à l’horizontal selon votre réglage. Les vidéos sont stockées dans une carte mémoire non fournie. Vous pouvez utiliser une carte mémoire d’une capacité allant jusqu’à 64Go.

Concrètement qu’est que cela donne en termes de qualité d’image ?

Tout d’abord, quand on visionne les images, on voit tout de suite les limites de la stabilisation numérique. Les images bougent beaucoup malgré des conditions de vol très correctes. Les images en elles mêmes sont trop contrastées et les couleurs trop saturés. En photo, le résultat n’est pas non plus satisfaisant, les couleurs sont trop saturées, l’image manque de détails et on peut distinguer des parties floues avec des contours irisées.

La connexion entre le drone et le téléphone se fait par wifi. Le signal a une portée de 100m.

Pour pouvoir piloter le drone, vous devez télécharger l’application dédiée. L’application est compatible avec les téléphones IOS et Android. L’interface de l’application  est assez minimaliste. Il y peu de possibilité de réglage. Il n’est pas possible par exemple de régler les paramètres de prise de vues en vidéo ou en photo ou de descendre au dessous de la résolution FHD pour l’enregistrement vidéo. Le retour vidéo est affiché en 848 x 480p. Pendant le vol, vous pouvez voir sur l’écran deux ronds qui font offices de joysticks virtuels,  un bouton pour avoir accès aux paramètres, une icône pour le décollage et l’atterrissage ainsi que des informations comme ‘l’intensité du signal Wifi ou du signal GPS, le niveau de batterie….malheureusement,  on n’a pas accès à des informations importantes comme l’altitude ou a vitesse du drone.

Utilisation

Pour commencer à utiliser le Cicada+, il faut insérer la batterie dans son emplacement puis, vous devez régler la caméra pour l’orienter vers le bas ou à l’horizontal selon vos besoins. Ensuite mettez votre drone sous tension.

Téléchargez l’application sur votre téléphone. Procédez au couplage de votre drone avec votre téléphone. Pour cela activez le Wifi de votre téléphone  et sélectionnez  le wifi du drone. Ensuite, il faut lancer l’application. Vous verrez alors s’afficher le retour vidéo ainsi que les différents boutons et icones pour le réglage, les commandes et les informations concernant le drone.

Vous êtes maintenant prêt à voler. Pour décoller, faites un slide vers le droite sur l’icône correspondant. Vous pouvez choisir entre deux modes d’affichage sur le téléphone : Le mode Keypad et le mode Joystick. Le mode Keypad est celui qui est activé par défaut. Avec ce mode, il faut appuyer sur les boutons pour commander le drone. En mode Joystick, il faut maintenir le pouce sur le rond au centre des deux cercles

Vous pouvez aussi utiliser le mode Gravity Sensor. Ce mode utilise les capteurs à l’intérieur du téléphone pour diriger le drone. Il suffit alors de pencher le téléphone vers une direction et le drone se dirige vers la même direction (avant, arrière, gauche, droite).

Le Cicada + dispose d’un mode RTH qui permet de ramener en sécurité vers son point de départ en cas de nécessité.

En vol, vous devez toujours garder le drone en vue car il est assez instable du fait que la stabilité ne dépend que du positionnement GPS. Le pilotage avec un téléphone est déjà assez peu intuitive du fait de la taille de l’écran mais en plus l’application peu subtile n’arrange pas les choses et cela malgré le fait qu’il est possible de régler la sensibilité des commandes.

Les enregistrements vidéo et les photos se déclenchent via un bouton dédié affiché sur l’écran du téléphone. Sur son côté gauche, le Cicada+ dispose d’un lecteur pour carte micro USB compatible avec les cartes micro USB classe 10 à 64GB au maximum. Les prises de vues seront directement stockées sur cette carte.

Pour atterrir, c’est le même procédé qu’au décollage. Il faut un slide à droite sur l’icône dédié à l’atterrissage et le décollage.

Conclusions

Le Cicada+ navigue dans  les mêmes eaux que certains drones les plus performants et les plus appréciés des consommateurs comme le DJI Spark ou le Bebop 2 de Parrot. Il est difficile de se faire une place dans ce segment de marché, et honnêtement, le Cicada+ est loin de faire le poids face aux grandes marques.

Nous avons beaucoup apprécié sa forme originale bien que le fait d’orienter les hélices vers le bas semble apporter plus de désagrément que de la performance. Le drone est bien fini, facile à transporter et agréable à regarder.

Malheureusement, la performance est assez décevante.  En vol, le drone  est instable. Il ne peut pas garder un trajectoire sans que le pilote ne soit obligé de redresser de même pour le vol stationnaire, les écarts sont assez conséquents et le pilote doit toujours compenser.

Au niveau de la qualité de l’image, même constat, le résultat n’est pas concluant. La stabilisation numérique de l’image n’est pas très efficace ce qui fait que les vidéos bougent beaucoup. Les couleurs sont saturées et trop contrastées. Pareil des couleurs saturées, on ne voit pas les détails et on peut  voir des  aberrations chromatiques.

Ce drone est disponible pour environ 290€ dans le commerce, mais en ce qui me concerne, ce drone n’est pas un produit suffisamment abouti pour que j’investisse dans son achat. Trop de choses restent à corriger pour qu’il soit agréable à utiliser. Donc, attendons la prochaine génération

Previous PostNext Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *