Test complet du drone PNJ Super Fly
Voter pour cette page

Vous aimez les drones et vous voulez en acheter un pour vous ou pour un proche mais vous avez du mal à vous y retrouver tant le choix est vaste. Il y en a pour tous les goûts, des grands, des petits, des pliables, etc. et le budget peut varier entre environ 50€ jusqu’à pratiquement 2000€.

Pour cette fois, nous allons vous présentez le Super-Fly de PNJ. Un drone d’intérieur vendu pour à peu près 70€.

Présentation

PNJ est une entreprise qui a été créée en 2010. Ses premiers produits étaient des caméras d’actions et de sports extrêmes. Ce n’est qu’à partir de l’année 2014 que cette entreprise s’est lancée à la conquête du marché des drones tout publics. Avec 100 000 ventes  depuis le premier produit mis sur le marché en 2015, PNJ s’est classé second en termes de part de marché dans le secteur de la France.

Le drone que nous allons tester aujourd’hui est le Super-Fly. C’est un mini drone d’intérieur capable d’enregistrer des vidéos en VGA.

L’emballage est une boite en carton avec un poignet qui peut aussi servir à transporter le drone et ses accessoires. Il contient le drone Super-Fly, une caméra Wifi VGA amovible, une radiocommande avec un support pour smartphone, 1 jeu de 4 hélices à poser plus un autre jeu de 4 hélices de rechange, 4 protections pour les hélices, une batterie pour le drone et un manuel d’utilisation.

Design

Le Super-Fly est un quadricoptère. Son module de forme circulaire porte les composants électroniques du drone. Les bras sont intégrés à la coque en forme de croix. A l’extrémité de chaque bras, on peut voir le moteur et l’hélice et sous les hélices se fixent la protection pour les hélices. Sous les bras, il y a deux patins d’atterrissage qui évitent que la caméra ne touche le sol au moment de l’atterrissage. Sur le dos du drone, il y a uns sorte de dôme sur lequel le logo PNJ drone est inscrit. La batterie se trouve à l’arrière et l’emplacement pour fixer la caméra amovible se situe sur le ventre du drone.

Sur les bras du drone, on peut voir des grilles de prise d’air qui servent sans doute à refroidir le compartiment qui abrite les composants électronique du drone.

Les matériaux utilisés pour la conception du drone sont le plastique, la résine et le métal. La couleur principale du drone est rouge orangée avec des touches noires et jaunes.

L’apparence extérieure fait très « jouet ». La couleur de drone est vraiment flashy et malgré sa grande taille, il ne ressort pas de ce drone cette impression de robustesse et de solidité qui rassurent au moment de l’achat.

En termes de dimensions, le Super-Fly est un très grand drone parmi les minis drones. Il forme un carré de 38 cm de côté pour une hauteur de pour une hauteur de 8 cm. Il fait un poids de 130g. Si sa taille est un désavantage quand on parle d’encombrement, elle a le mérite de le rendre pus stable et plus résistant au vent.

La radiocommande qui accompagne le drone est de forme rectangulaire avec le haut arrondi. A l’avant, on peut voir une antenne pour la connexion  Wifi avec le drone ainsi qu’un support pour mettre un téléphone. L’interface est composé par  deux joysticks qui permettent de diriger  le drone, des interrupteurs et des boutons pour commander le drone et d’un écran LCD. La radiocommande est assez compacte mais complète. La prise en main est facile.

Caractéristiques techniques

Le drone est propulsé par 4 moteurs brushless. Les hélices sont de types bipales avec un code couleur pour éviter de se tromper lors des fixations.

L’alimentation se fait par une batterie Lipo d’une capacité de 730mAh permettant une autonomie maximale estimée à 7-8 minutes en vol. Cette autonomie est dans la moyenne comparée aux autres mini drones de même catégorie comme les mini drones de Parrot par exemple qui gravitent tous autour de 7 à un maximum de 10 minutes d’autonomie en vol.

Par contre, par rapport à ses dimensions, cette autonomie est assez faible. En effet, les mini drones en général ne peuvent pas prétendre à une trop grande autonomie car leur compacité ne permet pas de transporter une batterie trop grande donc, avec une meilleure capacité et une meilleure autonomie. Ce drone avec se dimensions, aurait pu transporter une batterie un peu plus grande. Les drones de taille comparable au Super-Fly comme le Bebop 2 power qui fait 38 cm x 33 cm dispose d’une autonomie de 30 minutes et le Phantom 4 qui fait 28 cm de côté a aussi une autonomie de 30 minutes.

La charge se fait par un chargeur USB fourni dans le pack original. Pour une recharge complète, il faut compter environ 30 minutes.

Pour avoir une meilleure autonomie, il est possible de se procurer une batterie supplémentaire que l’on peut utiliser en remplacement de celle fournie avec le drone. Pour se procurer une batterie, il faut compter environ 17€.

La caméra est une mini caméra Wifi VGA. Elle se fixe sur le ventre du drone. Cette caméra a une fonction vidéo et photo. Vous pouvez don prendre des clichés et vous pouvez enregistrer des vidéos en VGA à 30ips. La caméra du Super-Fly est amovible. Il est donc tout à fait possible de voler sans la caméra si vous le souhaitez, mais vous vous privez alors d’un retour vidéo  de la caméra. L’avantage serait qu’il se peut que vous gagniez en autonomie en rendant le drone plus léger.

La connexion entre le drone et la radiocommande se fait par wifi. La portée d signal est de 100m.

Il est aussi possible de piloter le drone avec un téléphone via l’application PNJ FPV que l’on peut télécharger gratuitement sur  l’App Store et Google Play. Quand vous pilotez le drone avec un téléphone, l’application vous permet d’obtenir un retour vidéo de ce que la caméra filme en temps réel. L’application est compatible avec les téléphones Android et IOS.  Avec  le téléphone, la portée du signal Wifi est de 60m.

En vol, le drone dispose de 4 vitesses de vol, 40, 60, 80, 100%. Ainsi, il est compatible pour tous les niveaux  de pilotage que vous soyez novice ou expérimenté. Le drone ne dispose pas de puce GPS pour le positionnement, ni de stabilisation de vol avec des capteurs optiques, ultrasons ou IMU. Ainsi, il aura toujours tendance à dériver et ne gardera pas un vol stationnaire stable. Il appartiendra au piloter de compenser les dérives en agissant sur la radiocommande ou le téléphone.

Ce drone est un drone d’intérieur malgré ses dimensions imposantes. Il vous est ainsi fourni dans le pack original du drone des protections pour les hélices afin d’éviter la casse des hélices en cas de contact avec un objet. Ces protections servent aussi à protéger vos murs ou vos objets précieux dans la maison d’une éventuelle éraflure ou casse en cas de contact avec les hélices. Les protections pour les hélices sont aussi amovibles. Tout comme la caméra Wifi, le drone peut tout à fait voler même sans les protections, mais il est conseillé de les mettre car comme il est dit plus haut, il évite tout contact entre les hélices et des objets extérieurs. Il est conseillé d’utiliser le Super-Fly en intérieur, mais il peut quand même être utilisé en extérieur à condition qu’il n’y ait pas de vents et que vous le gardiez toujours à portée des yeux.

Utilisation et fonctionnement

Pour commencer à utiliser le Super-Fly, il faut passer par quelques petites manipulations. Il faut placer la batterie et monter les protections des hélices (les hélices sont déjà montées) et la caméra. Du côté de votre téléphone, il faut télécharger l’application dédiée sur votre téléphone.

Pour procéder au couplage du téléphone avec le drone, vous activez le Wifi de votre téléphone et vous choisissez le wifi du drone, pareil pour le Wifi de la caméra. Une fois le couplage terminé, vous lancez l’application dans votre téléphone et vous recevrez un retour vidéo venant de la caméra sur votre téléphone.

Vous avez deux façons possibles de piloter votre drone, en utilisant la radiocommande fournie ou en utilisant le téléphone.

Lorsque vous utilisez la radiocommande, le téléphone vous servira alors d’écran pour recevoir le retour vidéo. Il y a un support pour placer le téléphone. C’est un support amovible qui peut-être retiré si vous n’utilisez pas le téléphone et la caméra Wifi.

La radiocommande est  programmée sur mode 2  (gaz à gauche) et ne peut-être changé en mode 1. Sur votre radiocommande, vous trouverez deux joysticks. Le Joystick droit vous servira à contrôler l’inclinaison avant et arrière (tangage) et l’inclinaison à gauche et à droite (roulis). Ce joystick vous permettra d’avancer et de reculer mais aussi d’aller à gauche et à droite. Le Super-Fly dispose d’une fonction Direction Lock qui vous permettra d’utiliser les joysticks de la même manière que le drone soit face à vous ou qu’il vous tourne le dos.

Le joystick gauche vous permet de contrôler l’altitude du drone (gaz) pour prendre de l’altitude, il faut le pousser vers le haut et pour descendre, il faut le pousser vers le bas. Ce joystick vous permet aussi de contrôler la direction du drone (lacet)pousser à gauche pour faire tourner le drone sur lui-même vers la gauche et pousser à droite pour le faire tourner à droite.

Si vous pilotez avec un téléphone, une fois l’accouplage avec le drone réussi,  lancez l’application que vous avez téléchargez dans votre téléphone et appuyez  ensuite sur Play. Vous verrez alors le retour vidéo de votre caméra. En appuyant sur ON, les joysticks virtuels apparaissent en surimpression sur l’écran. La configuration est la même que sur la radiocommande, le gaz à gauche, et le tangage et le roulis à droite. Vous pouvez aussi ne pas utiliser les joysticks virtuels et piloter par inclinaison sensorielle. Avec ce mode, il  vous suffit d’incliner le téléphone vers la direction que vous voulez que le drone prenne. Pour activer ce mode, appuyer sur l’icône « Toupie » sur votre écran.

Le décollage et l’atterrissage se font soit manuellement. Pour décoller, il faut pousser le joystick gauche vers le haut et pour décoller, il faut faire descendre le drone doucement jusqu’à ce qu’il touche terre.

Dès que le drone est en l’air, le pilote doit être attentif car il dérive et il faut compenser. C’est la raison pour laquelle il est préférable d’utiliser le drone en intérieur car un vent trop fort contribue à faire dériver le drone.

Vous disposez de 4 réglages de vitesse possible : 40, 60, 80 et 100%. Pour changer de vitesse, utilisez les boutons sur la radiocommande. Les trois boutons sur le côté gauche de l’écran au dessous du joystick représentent du haut vers le bas, le premier bouton, la vitesse la moins élevée 40%, ensuite le deuxième bouton, la vitesse intermédiaire représente  60% de la vitesse maximale, le bouton du bas représente 80% de la vitesse maximale. Le plus haut bouton sous le joystick droit représente le bouton 100%, la vitesse maximale.

Le Super-Fly est capable de faire des loopings en un seul clic sur la radiocommande.  Pour activer les loopings, on appuie sur  le bouton supérieur à droite et un bip retentit. Le joystick droit vous permet de choisir la direction de la looping tandis que le joystick gauche  doit compenser au niveau de l’altitude   pour éviter les crashs. Il faut cependant faire attention quand on déclenche les figures acrobatiques car seules les loopings sont automatisées, il appartient au pilote de juger que le drone est assez haut (3m) pour avoir le temps de redresser l’appareil. C’est au pilote de redresser l’appareil après les acrobaties.

Les prises de vues se déclenchent à partir de l’application sur le téléphone. Les photos et les vidéos sont directement enregistrées sur votre téléphone et vous pouvez les consulter dans la galerie de votre téléphone.

Conclusions

Le drone Super-Fly n’est certes pas aussi sophistiqué, ni plein de technologies comme les drones concurrents. Il ne dispose pas d’assistance au pilotage, ni de mode de vols automatisés ni encore une caméra ultra perfectionnée.

C’est un drone que l’on doit « piloter », depuis le décollage, puis le maintient en vol du drone, jusqu’au dernier tour du moteur à l’atterrissage, tout est à la charge du pilote, il n’y a aucune assistance.

Ce drone n’est pas vraiment destiné à faire des prises de vues aériennes bien qu’il soit capable. Disponible pour un prix d’environ 90€, c’est un drone à petit prix qui permet de s’entrainer au pilotage d’un quadricoptère. Il peut aussi être offert à un enfant (plus de 3 ans) à condition de toujours surveiller l’enfant pendant l’utilisation du drone

Previous PostNext Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *