Test du drone de course R Racer de PNJ

PNJ R Racer

Au cours des différents tests que nous avons déjà vu ensemble, nous vous avons déjà présenté différentes sortes de drones. Certains sont des caméras volantes destinées aux prises de vues aériennes, d’autres sont des jouets qui sautent, qui roulent ou qui flottent sur l’eau.
Cette fois ci nous allons entrer dans une sphère totalement différente mais déjà bien connu des amateurs de drone, les drones de courses.
Ces drones ne sont pas reconnus pour leur élégance mais ils sont très rapides, ils sont robustes pour pouvoir supporter tous les aléas d’une course de drone, ils peuvent parfois disposer d’une caméra et  se piloter en FPV avec un retour vidéo  sur la radiocommande ou avec des lunettes FPV.

Présentation du produit

Le drone R Racer est un drone de course conçu par PNJ. PNJ n’est pas novice dans le domaine de la conception de drone. Nous avons déjà eu l’occasion de tester quelques uns de ses drones entre autres le Super-Fly, le R Falcon et le Petrone Fighter.
Le R Racer est un tout autre type de drone. Conçu pour la vitesse, c’est un drone de course avec une caméra  HD 720p que l’on peut piloter en FPV avec un retour vidéo en temps réel ou en immersion avec des lunettes FPV (non fournies)
Le drone est emballé dans une jolie mallette noire qui peut aussi servir au transport du drone. Le drone et ses accessoires reposent sur un confortable mousse compartimenté qui permet de les protéger des chocs durant les transports.
Le pack est composé par le drone, une batterie, une radiocommande et un chargeur avec son câble USB

Design

Le design est très simple sans fioriture pour ne pas alourdir le drone. La couleur est orange et noir. Le R Racer est formé de plusieurs pièces déjà assemblés, mais que l’on peut dissocier et réassembler facilement pour faire l’entretient ou changer des pièces.
Une fois assemblé, le drone est composé d’une large plateforme et de quatre bras reliés à la plateforme par un système d’emboitement et de vis. Il n’y a pas de coque, tous les composants électroniques sont logés dans le ventre de la plateforme.
Le dos de l’appareil tout entier est occupé par la grosse batterie qui alimente le drone. Devant la batterie on peut voir un émetteur vidéo 5,8 GHz pour transmettre les retours vidéo et à l’arrière il y a un récepteur vidéo pour la connexion avec la radiocommande.
La caméra occupe l’avant du drone. Au dessus, on peut voir une pièce qui sert de support de caméra pour absorber la vibration durant le vol.
Sous chaque moteur, on peut voir des Leds ; ils permettent  de bien détecter votre drone quand il est en vol, mais c’est aussi une manière pour le drone d’interagir avec vous. Il vous transmet des informations techniques comme le niveau de la batterie, la réussite de l’appairage entre le drone et la radiocommande ou un dysfonctionnement au niveau du drone.
A l’arrière du drone, il y un connecteur USB et DSM2.
Pour un drone léger mais solide,  les éléments du drone sont faits avec des matériaux composites. Le châssis est l’élément qui doit supporter le plus  de pression ainsi, il est fait avec un matériau composite fibre de verre avec du plastique renommé pour sa robustesse.
Les hélices sont faits avec du plastique solide mais souple pour minimiser les risques de casse. Les cartes à Leds et les éléments électroniques sont protégés avec des protections en plastique dur.
Concernant les dimensions, le drone fait 30 cm de longueur, 29 cm de largeur et 7 cm de hauteur. Le tout pour un poids de 520g.
Le R Racer se pilote avec une radiocommande. Cette dernière est de forme proche d’un carré avec le haut légèrement évasé. Cette radiocommande est très complète mais reste facile à utiliser avec un peu d’entrainement. La façade est composée de deux joysticks ainsi que différents boutons et interrupteurs qui permettent de commander ou de calibrer le drone.
Le bouton le plus haut à gauche sert à mettre en route ou à éteindre le moteur. Il est aussi utilisé en cas d’urgence pour stopper le moteur.
Le bouton le plus haut à droite sert à change de mode pour passer du mode stabilisé ou mode acrobatique. Avec le mode acrobatique, la stabilisation du drone est désactivé et vos pouvez ainsi faire des figures acrobatiques. Il faut prendre garde à ce que le drone soit au moins à une hauteur de 3m pour pouvoir compenser après la figure sinon le drone risque de crasher.
La radiocommande est en mode 2. C’est-à-dire que le joystick gauche est la manette des gaz, elle servira à monter et descendre et à tourner à gauche et à droite, tandis que la manette de droite vous servira à avancer ou reculer et à incliner le drone vers la droite ou vers la gauche.
Vous trouverez aussi 4 molettes sur la radiocommande. Ces molettes sont les trims et elles servent à compenser les dérives du drone. La molette sur la droite du joystick gauche permet de corriger l’altitude du drone. Vous l’utilisez quand le drone monte ou descend tout seul.
La molette en bas du joystick gauche permet de corriger les pivotements du drone. Vous l’utilisez pour compenser les dérives de rotation à gauche ou à droite.
La molette à gauche du joystick droit permet de corriger les déplacements avant et arrière. Vous l’utilisez quand le drone se déplace tout seul vers l’avant ou l’arrière.
La molette en bas du joystick droit permet de corriger les déplacements latéraux. Vous l’utilisez quand le drone dérive vers la droite ou vers la gauche.
L’interrupteur en bas à droite est le bouton ON/OFF.
Les boutons en bas au milieu sont les inverseurs de commandes, et à gauche le bouton V-MIX est utilisé pour les drones sans gouvernails. Il mélange aileron et élévation.

Caractéristiques techniques

Le R-Racer est équipé de 4 moteurs brushless pouvant le propulser jusqu’à une vitesse de 100km/h. Les hélices sont de type tripale de 5’’ de diamètre et se fixent par un système de vis autobloquant en utilisant les clés Allen fournies dans le pack.
Le drone est alimenté par une batterie Lipo d’une capacité de 1500mAh permettant une autonomie de 10 minutes. La recharge se fait par un chargeur et un câble fourni. Sur le chargeur on peut voir 3 Leds qui représentent les 3 cellules de la batterie. Quand le Led rouge s’allume cela veut dire que la batterie est en charge. Quand le Led vert s’allume, cela veut dire que la batterie est chargée. La batterie se fixe très facilement par une sangle. Vous pouvez donc la remplacer aisément par une autre batterie quand celle-ci est épuisée. Avec ce système, vous pouvez envisager d’utiliser une batterie plus grande d’une capacité de 1800 mAh voire même 2200mAh.
Le drone dispose d’une caméra intégrée FPV qui peut filmer des vidéos avec une résolution à 720p. Les images ne sont pas stabilisées. Il ne faut donc pas s’attendre à de belles images malgré le système anti-vibration. Vous pouvez piloter en FPV avec le retour vidéo sur un écran ou en immersion avec des lunettes FPV.
La radiocommande fonctionne avec des piles non fournies. La connexion entre le drone et la radiocommande se fait par transmission analogique. C’est un système habituellement utilisé dans le monde des drones de courses. La transmission des images se fait sur autre fréquence que celle des pilotages pour éviter toute interférence entre les deux. La portée du signal est de 100m.
Pour la stabilité en vol, le drone est équipé d’un gyroscope intégré. Cela minimise les dérives mais ne les élimines pas complètement. Il faut que le pilote compense les dérives avec les trims.
Compte tenue de sa puissance et de sa vitesse, ce drone est surtout destiné à une utilisation en extérieure avec de grands espaces. Il ne convient donc pas pour les utilisations en intérieur.

Utilisation et fonctionnement

Le drone R Racer est un drone prêt-à voler, c’est –à dire qu’il est livré complètement monté ou presque, mais si vous êtes fan du DIY, il est possible de le démonter complètement et de le remonter ensuite.
Avant de commencer à utiliser le drone, il y a quelques petites manipulations à faire. Vous devez commencer par fixer les hélices. Pour ne pas se tromper dans le montage, il y a des indications qui sont écrits sur les hélices. Les hélices R se placent à sur le moteur avant gauche et le moteur arrière droite et se fixent en tournant dans le sens horaire. Les hélices H se fixent sur les autres parties et se fixent dans le sens anti horaire et vont avec les écrous couleur aluminium.
Il faut ensuite fixer la batterie. Elle se place sur le dos du drone. Il faut juste emboiter le connecteur de la batterie avec celui du drone, ensuite, il faut bien placer la batterie sur le dos du drone à son emplacement et serrer les sangles pour la maintenir en place.
Il faut ensuite procéder à l’appairage de la radiocommande avec le drone. Maintenez le bouton d’appairage pendant que vous allumez la radiocommande. Vous verrez alors un clignotement orange. Du côté du drone,  débranchez  d’abord le connecteur d’alimentation du récepteur  et faites comme avec la radiocommande, maintenez le bouton d’appairage tout en rebranchant le récepteur. Vous verrez le récepteur clignoter. Redémarrer la radiocommande, l’appairage à réussi  quand les lumières arrêtent de clignoter.
Si vous voulez avoir un retour vidéo de votre caméra sur un écran, vous devez avoir un téléphone ou une tablette Android ou IOS et télécharger l’application dédiée. Vous pouvez aussi piloter en immersion avec de lunettes FPV, mais vous devez acheter les lunettes  à part car elles ne sont pas fournies avec le drone.
Le drone dispose de deux modes de pilotage ; Le pilotage normal et le pilotage inversé. Pour activer le pilotage inversé, on utilise les boutons inversions des commandes au bas de la radiocommande. Essayer le drone et si les joysticks ne répondent pas selon ce que voulez, ajustez l’un d’inversion, RUD pour le pivotement, THR pour les gaz, ELE pour l’avion et l’arrière, ALL pour la gauche et la droite.
Un bon calibrage de la radiocommande est essentiel dans le domaine de la course de drone et peut faire la différence entre deux drones. Ainsi, le calibrage doit-être fait régulièrement. Les switchs en bas de la radiocommande facilitent cette opération.
Pour décoller armer les moteurs. En vol, le gyroscope contribue à maintenir la stabilité du drone mais en cas de dérive vous pouvez compenser en utilisant les trims. Il est préférable de désactiver le gyroscope lorsque vous calibrez les trims.
En cas d’urgence, vous disposez d’un bouton d’arrêt d’urgence des moteurs. Ce bouton est aussi utilisé pour éteindre les moteurs une fois que vous avez atterrit.

Conclusions

Le R Racer est un bon drone pour commencer dans le monde des courses de drone. Il est robuste mais léger  car conçu avec des matériaux composites, mais il est aussi très rapide pouvant atteindre les 100km/h.
Sa radiocommande très complète facilite le pilotage et le calibrage du drone et avec un peu d’entrainement, on prend vite la main au niveau du contrôle.
Le R-Racer dispose d’une caméra FPV avec une résolution de 720p. Vous pouvez piloter en immersion avec des lunettes FPV ou regarder un retour vidéo en temps réel sur un écran.
Ce drone RTF vous permettra de commencer à voler presque de suite sans montage difficile si vous n’êtes pas encore très calé dans ce domaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
PNJ discovery lite
Test du drone Discovery Lite de PNJ

Ca y est, c’est décidé, vous voulez vous offrir un drone pour pouvoir faire de belles prises de vue aérienne,...

Fermer