Hubsan Spyhawk H301S L’aile volante !

package-hubsan

Le Hubsan Spyhawk H301S est une nouvelle version de cette gamme d’ailes volantes de Hubsan. Avec ses belles lignes, ses nombreuses technologies embarquées et son nouveau contrôleur de vol, cette aile volante concurrente du Parrot Disco semble plein de belles promesses mais ces promesses seront-elles tenues à l’utilisation. La réponse à suivre

Packaging

Le Spyhawk H301S est emballé dans un beau carton noir avec un dessin représentant l’avion et le nom Spyhawk dessus. L’intérieur  en moule EPP a été conçu de manière à ce que chaque élément de l’avion ait une place et que le tout soit transporté en toute sécurité sans risque de casse.

package-hubsan

Dans la boite, vous trouverez le fuselage, détaché pour le moment des ailes, une paire d’ailes, une radiocommande, une batterie, un chargeur et un adaptateur, un manuel d’utilisation, des stickers pour décorer votre avion et une carte micro SD de 4Go pour stocker vos vidéos.

Design

Le Spyhawk est une aile volante. C’est-à dire que c’est un petit avion électrique qui se pilote avec une radiocommande et dispose de fonctions de vols automatiques et d’une caméra comme un drone.

L’avion est conçu avec des éléments en EPP à la fois léger et résistant aux petits chocs. A l’avant, le « cockpit » est couvert par une verrière de couleur noir maintenue par des clips en plastique. A l’intérieur, vous pourrez trouver la batterie fermement maintenue dans son emplacement à l’arrière et sur une plateforme à l’avant, il y a un petit bouton avec un Led bleu nommé « REC » qui sert à déclencher les enregistrements vidéo depuis l’avion et enfin, une entrée pour une carte micro SD et un connecteur micro USB.

En dehors de la verrière, à l’arrière du cockpit, se trouve l’emplacement pour le moteur avec son hélice. Le moteur orienté vers la droite et dirigée vers le haut permet d’éviter que l’avion se cabre seul  et sert d’anti-couple

test-du-hubsan-H301S-SPY-HAWK

La caméra se trouve encastrée dans le nez du fuselage avec un couvercle amovible pour la protéger.

La finition de cet appareil est un de ses principaux atouts. Des Leds sont installés dans l’intrados des ailes. On les fait fonctionner par un interrupteur sur la radiocommande. Cette option est vraiment sympa pour garder l’avion en vue lors des vols de nuits ou en faible luminosité.  Tous les câbles sont soigneusement dirigés, maintenus et rangés dans le fuselage. On peut voir un câble qui circulera sous le fuselage. C’est celui pour l’antenne de l’émetteur vidéo.

Dans la queue de l’appareil, vous pourrez trouver le  module GPS. Dans cet emplacement, il contribue aussi équilibrer le CG de l’appareil. D’une pierre, deux coups. Le contrôleur de vol se trouve dans le centre de gravité de l’avion pour contribuer encore à son équilibre.

Comme vous l’aurez déduit la conception de cet avion a été très bien pensée car tous les éléments de l’avion ont été placés non seulement de manière vraiment ergonomique mais aussi esthétique. Le design est une réussite.

Vous avez la possibilité de personnaliser le fuselage de votre avion avec les sticker à coller fourni  avec l’avion dans le package d’origine.

En termes de dimensions le Spyhawk H301S a une envergure de 1m. La longueur du fuselage est de 75 cm pour une hauteur de 20 cm. Le tout prêt à voler fait un poids de 355g. Ce n’est pas vraiment un appareil compact et si vous le transportez dans sa boite d’origine l’encombrement augmentera encore, mais le transport sera plus sûr avec moins de probabilité de casser des éléments de votre avion.

Le Spyhawk H 301 est livré avec une radiocommande. Cette dernière a aussi été améliorée sur cette version et le résultat n’est pas mal. La forme et la couleur est la même que l’ancienne version. Un rectangle un peu massif, sur chaque côté il y a  une sorte de rainure qui sert de grip pour bien l’avoir en main. Sur le haut, on peut voir deux antennes. L’une à 2.4 GHz est assignée à la liaison entre la radiocommande et l’avion et la seconde, de forme carrée,  à 5.8 GHz est pour le retour vidéo. Le fait de séparer l’antenne pour la liaison et celle pour la transmission vidéo permet d’éviter les interférences entre les deux  signaux. Ainsi, les risque de perte de signal et donc de perdre l’avion sont moindres et du côté du retour vidéo les images seront meilleures. Un écran de LCD de 3.5’’ situé sur la façade de la radiocommande permet de visionner les retours vidéo.

La radiocommande dispose  aussi d’un pare soleil amovible qui sert à  protéger l’écran et contribue à une bonne visibilité des images transmises en retour vidéo même dans un environnement de forte luminosité ou en plein  jour.

Sur la façade, on peut voir deux joysticks ainsi que plusieurs boutons et interrupteurs pour piloter, paramétrer l’avion,  ou pour déclencher les vols automatiques ou pour allumer les Leds sous les ailes.

Sur la tranche à l’arrière, il y a une entrée audio et vidéo que vous pouvez utiliser pour vos lunettes FPV pour un vol en immersion. A côté vous pourrez aussi trouver une entrée pour micro USB et une trappe pour une carte micro SD.

Par défaut, la radiocommande est en mode 2, c’est-à dire la manette des gaz à gauche. Mais vous pouvez facilement passer en mode 1, manette des gaz à droite. La procédure est expliquée dans le manuel d’utilisation.

Caractéristiques techniques

Le Spyhawk H301S est doté d’un moteur 1812 Brushless de 3200Kv. Il dispose aussi de variateur 12A Brushless et de servos 3.7g utilisés au niveau de la direction et de la profondeur.

En termes d’autonomie, l’avion est alimenté par une batterie Accu Lipo 2S d’une capacité de 1300mAh et de 7.4V. Cela permet une autonomie maximale en vol de 30 minutes. La recharge se fait avec un câble USB et un chargeur secteur fourni dans le package d’origine.

En ce qui concerne la radiocommande, elle marche avec 8 batteries AA. Il est aussi possible de l’alimenter avec une batterie Lipo 3S et un connecteur JST.

Pour ce qui est de la prise de vue, l’avion est équipé d’une caméra Full HD (1920 x 1080p). Il est à remarquer que la caméra ne fait qu’enregistrer des vidéos, elle ne peut pas prendre des photos. Grâce à l’objectif à 120° sans effet Fish Eye permet une capture vidéo immersive. Avec des lunettes FPV, on croirait vraiment être dans le cockpit. L’image est stabilisée par un système de gyroscope à 3axes. D’après les vidéos des essais de vol de l’avion, les images sont correctes, mais elles bougent un peu malgré la stabilisation. L’objectif promet une image sans effet Fish Eye, mais quand on y regarde de plus près, on voit quelques petites courbures sur les côtés sous certains angles de prises de vues, notamment quand l’avion penche vers la droite ou la gauche.

La connexion entre la radiocommande se fait grâce à l’antenne par un émetteur à 2.4GHz et le retour vidéo se fait avec un  émetteur vidéo à 5.8GHz. La portée du signal est de 1Km. La stabilité en vol s’obtient  grâce à un module GPS

Utilisation.

Le Spyhawk H301 S est un avion RTF donc elle est sensée être prête à voler. Et c’est le cas à 90 % car il y a quand même un peu de travail de montage à faire avant le premier vol.

Le moteur et son hélice, l’ESC, les servos et l’ESC sont déjà installés. Par contre vous avez quelques manipulations à faire pour le montage des ailes, mais avant il faut connecter les câbles des servos de l’aileron et du gaz au contrôleur de vol. Les petites étiquettes sur les câbles permettent de reconnaitre ces derniers pour ne pas se tromper dans le montage. Les ailes se fixent solidement au fuselage par un système de clip en plastique. Pensez aussi à connecter les câbles d’alimentation de l’ESC et des Led sous les ailes en veillant à ce qu’ils ne se prennent pas dans les clips de fixation des ailes.

Ensuite glisser la batterie dans son emplacement à l’intérieur du cockpit. Les connecteurs sont juste à côté, raccordez-les avec ceux de la batterie. Il faut ensuite remettre la verrière de sécurité du cockpit qui se fixe elle aussi au fuselage pas un système de clip.

Du côté de la radiocommande, il faut placer  la batterie dans son emplacement. L’antenne  patch qui sert au retour vidéo doit toujours être dirigée vers l’avion.

Dès que vous allumez la télécommande, la connexion avec l’avion est initialisée. Une fois que c’est fait l’écran commence à afficher le retour vidéo de la caméra. Il est à remarquer que pour déclencher la prise de vue, vous pouvez appuyer sur le bouton avec  le Led Bleu dans le cockpit de l’avion. Le nouveau module OSD  va fournir en temps réel au contrôleur de vol les informations concernant le vol qui de son côté va afficher sur l’écran de la radiocommande des données de télémétries de façon constante.

pilotage aile volante hubsan

Sur la radiocommande, en dessous de l’écran ou peut voir 4 boutons appelés « sortie », « haut », « bas », et « entrée ».

Avec un appui long sur la touche « entrée » vous avez accès aux paramètres et par un appui court, vous déclenchez la prise de vue.

Avant de décoller, veillez à bien suivre toutes les mesures de sécurité concernant l’utilisation d’un tel appareil. Vu son poids, il est aussi préférable de ne pas le faire voler si la vitesse du vent dépasse les 10Km/h.

Le Spyhawk H 301 S dispose de mode de vols automatiques pour vous assister dans le pilotage de l’appareil.

Le pilotage automatique est un système intelligent qui maintient automatiquement, c’est-à dire sans intervention de votre part,  une altitude constante.

Le RTH permet un retour automatique de l’avion vers son point de départ en cas de perte de vue de l’avion. De la même manière, en cas de batterie faible ou perte de la connexion entre le Spyhwak H 301 S et la radiocommande, l’avion enclenchera  de lui-même un retour au point de départ pour éviter les crashs ou les pertes.

Durant le vol, les prises de vues sont enregistrées dans la micro carte SD qui est fourni avec l’avion.

Conclusions

Le Spyhawk H 301 S est une réussite. Son design, le soin accordé à la finition, jusqu’à l’emballage de l’avion inspirent confiance et laisse une impression de bonne qualité.

Cette nouvelle version du Spyhwak intègre de nouvelles technologies issues des dernières nouveautés en matière de drone.

Sa caméra FHD associée avec la stabilisation gyroscopique à 3 axes de l’image et une autonomie réelle de 30 minutes en vol vous permettront d’avoir de belles proses de vues.

Le nouveau module OSD, le module GPS, le contrôleur de vol avec ces modes de vol automatisés vous permettront de profiter d’une expérience de vol plus sûre.

 

1 Response

  1. jimnes dit :

    Bonjour,et le prix de ce « joujou »?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
drone yuneec breeze 4K
Test du Yuneec Breeze 4K

Toujours dans la gamme des drones ultra compacts destinés aux selfies, voici le Breeze 4 K de Yuneec. Avec ce...

Fermer