Parrot Swing : le mini drone de l’espace !

Swing Le mini drone de Parrot inspiré de star-wars

Le Parrot Swing fait partie de la gamme des mini drones de Parrot avec le Parrot Mambo, le Parrot Hydrofoil, le Parrot Jumping et le Parrot Airborne. Par rapport aux autres produits de la gamme de minis drones, le Parrot Swing a un look totalement différent. A la fois drone et avion, le Parrot Swing promet une découverte intéressante.

Fiche technique


  • Type : Drone/Avion Técommandé
  • Vitesse en vol : 30 km/h
  • Caméra :300p
  • Autonomie : 7 minutes
  • Portée : 60 mètres
  • Connexion : Wifi
  • Pilotage : Smartphone + Flypad (fourni)


Le packaging

Le Parrot Swing est emballé dans une grande boite avec un poignet pour le transport. Quand vous ouvrez ce carton, vous trouverez à l’intérieur d’autres cartons. Deux pour être plus précis. Un grand qui contient le Parrot Swing dans son écrin sur mesure en polystyrène, sa batterie, son câble micro USB pour recharger la batterie, le guide d’utilisation du drone et des hélices de rechange en cas d’accident.

Dans la petite boite vous pourrez trouver le Parrot Flypad. Cette télécommande peut-être utilisée sur d’autres mini drones de Parrot. Cependant, avec les autres produits de la gamme de mini drone de Parrot, comme le Mambo, l’Hydrofoil, l’Airborne, etc, le Parrot Flypad n’est pas inclus dans le pack d’origine alors que sur le Parrot Swing le Flypad est de série.

Design

Le Parrot Swing a un design plutôt original par rapport aux autres mini drones de Parrot. C’est une sorte d’aéronef hybride moitié multi rotor, moitié avion. En fait, c’est un quadricoptère qui  fait des décollages et des atterrissages à  la verticale comme n’importe quel autre drone, mais en vol il passe en mode avion car ses ailes s’inclinent lorsqu’il se déplace.

Sa structure futuriste en X n’est pas sans rappeler les X-Wing du film Star War. Il est  de couleur noie et blanche et est conçu en deux parties : la partie boitier et la partie aile.

design du parrot swing

Le boitier se trouve au milieu. Il contient les composants électroniques du drone. Sur l’avant du boitier, on peut voir deux petits Leds qui semblent être les yeux du drone. Ces « yeux » servent de témoin de charge de la batterie. A l ‘arrière on peut voir  un petit Led qui s’allume lorsqu’on charge la batterie, la trappe qui sert d’emplacement à la batterie avec une languette très pratique pour aider à l’insertion et au retrait de la batterie, une mini caméra et un connecteur mini USB pour la recharge. Sur le ventre, vous pourrez trouver le bouton power du drone.

De chaque côté du boitier se trouve 2 paires d’ailes qui forment un X, avec chacune des renforts en tige de carbone  qui se terminent par 4 moteurs et 4 hélices. Contrairement aux hélices traditionnelles  des multi rotors,  elles ne sont pas positionnées sur le haut (comme les hélicoptères) des moteurs, mais plutôt devant avec le moteur sur le dos (comme les avions à hélices).

Pour la conception du drone, Parrot a utilisé des matériaux à la fois solides et légers qui ajoutent à la maniabilité du drone. La structure est fait  avec du plastique très résistant, les ailes sont faites avec du polystyrène EPO avec des tiges de renforcement fait en carbone.

Pour la dimension le Parrot Swing fait 16.5 cm de longueur sur 9.7 cm de largeur et 6.6 cm de hauteur pour un poids de 295g.

En ce qui concerne le Parrot Flypad, c’est toujours le même. De couleur noire, le design qui rappelle la manette d’une célèbre console vidéo et la façade plutôt épurée pour ne pas dire minimaliste. Au milieu de la télécommande, perpendiculaire à cette dernière, il ya le socle pour mettre le smartphone (taille maximum associable : 16cm de longueur sur 7.8cm de largeur sur 9.8cm d’épaisseur). Sur la façade il y a deux joysticks. Sur le haut, il y a le bouton power avec le logo de la marque gravé dessus. En dessous, le bouton marqué take off sert au décollage. Sur chaque côté, il y a deux boutons A et B à droite et 1 et 2 à droite. Ils sont affectés aux acrobaties préprogrammés. Et enfin les boutons L1 et L2 et R1 et R2 vous permettrons de régler la vitesse, de faire quelques figures et de prendre des photos.

Caractéristiques techniques

Le Parrot Swing possède 4 moteurs qui le poussent à une vitesse maximale de 30km/h en mode avion. La batterie est une Lipo de 550mAh. Elles sont rechargeables. Elles ont une autonomie de 7 minutes en Quad et 8 minutes en mode avion. Les batteries sont rechargeables avec un chargeur 2.1A non fourni, par contre un câble mini USB est fourni dans la pack pour le recharger via un connecteur mini USB et il faut compter environ 30 minutes pour une charge complète.

Il ne faut pas se leurrer, en effet, 7-8 minutes d’autonomie c’est très peu surtout avec un joujou aussi amusant. Comme d’habitude avec ses mini drones, c’est au niveau de l’autonomie de la batterie qu’ils sont les moins bons. Si vous voulez vraiment vous amusez plus longtemps, il faut vraiment investir dans des batteries supplémentaires. Heureusement, la batterie est amovible, ce qui vous permettra de la changer avec une autre pendant que vous la recharger.

En vol, le drone bénéficie d’un contrôleur de vol et de logiciel de stabilisation issus de la technologie aéronautique.

La stabilisation en vol stationnaire se fait grâce à des capteurs IMU (Inertial Navigation System) avec :

  • un accéléromètre 3 axes : il permet de mesurer l’accélération linéaire de l’objet auquel il est fixé. L’utilisation de l’accéléromètre est possible sur les chocs, l’accélération vibratoire et l’accélération du mobile. Il permet ainsi de mesurer la vitesse et le déplacement, mais aussi de faire une diagnostique machine et de détecter des défauts dans les matériaux.

C’est au niveau de l’accélération du mobile que l’accéléromètre agit sur le drone. Les capteurs utilisés aident au vol stationnaire des avions.

  • Un gyroscope 3 axes : c’est une roue qui tourne sur un axe qui quand elle est lancée résiste aux changements de son orientation. Dans notre dom aine, le gyroscope 3 axe  son application se situe au niveau de la navigation inertielle.

La stabilisation verticale se fait aussi grâce à un capteur à ultrasons de type sonar ainsi qu’un capteur de pression. Le capteur à ultrason permet de mesurer la distance entre le sol et le drone et permet de corriger les à coups verticaux. Le capteur  émet à un intervalle de temps toujours semblable un ultrason qui se propage dans l’air. Quand ce son rencontre un obstacle, il fait un écho qui revient vers le capteur. Ce dernier calcule alors en temps réel sa distance avec l’obstacle grâce au laps de temps entre l’émission de l’ultrason et le retour de l’écho. A partir de là l’intelligence artificielle corrige la position du drone pour avoir une stabilité verticale

La stabilisation horizontale se fait grâce à un capteur caméra verticale de 60FPS. La caméra capteur filme en temps réel le paysage pour connaitre la position du drone. Quand le drone bouge, les images bougent. Ainsi le drone corrige en temps réel le vol pour garder la stabilité du drone.

La connexion entre la radiocommande est le drone se fait via le bluetooth. Par rapport à d’autres modes de connexion comme le WiFI par exemple qui peut porter sur 1km de distance, la transmission via Bluetooth est plutôt faible et se perd plus facilement. La transmission se fait jusqu’à 30m avec un smartphone et 60m avec le Parrot Flypad. De même la distance de contrôle est plus élevée avec la Flypad car elle est de 60m alors qu’avec un smartphone elle n’est que de 20m. Cette faible distance de transmission est assez dommage dans la mesure où un drone qui vole à 30km/h fait un peu moins de 9m/s donc en 2 secondes avec un smartphone vous perdez le contrôle et en 6 secondes et demie avec la Flypad, on perd la liaison et la transmission. On ne peut alors pas  profiter du mode avion qui est pourtant la touche plus de ce drone.

En ce qui concerne la radiocommande Flypad, elle est munie d’une batterie de 220mAh qui lui offre une autonomie de 6 heures. Sa batterie n’est   amovible, ce qui n’est vraiment pas gênant vue son autonomie. La recharge se fait par un chargeur de 2.5V non fourni, ou par un câble mini USB non fourni aussi. Si vous vous demandez avec quoi allez-vous donc recharger votre radiocommande si aucun accessoire pour la recharge n’est fourni dans le paquet ? La réponse est avec le câble mini USB du drone. Comme son connecteur mini USB est standard, vous pouvez le recharger avec n’importe quel câble mini USB standard que vous avez chez vous. Il faut compter environ 2h avec le chargeur 2.5V pour que la batterie soit complète. La radiocommande est équipée de la technologie Bluetooth avec laquelle elle établie une connexion avec le drone.

Le drone est compatible avec les smartphones IOS 8 et Android 4.4. Pour piloter le drone avec le smartphone vous devez télécharger l’application Freeflight Mini. Cette application est téléchargeable sur Apple Store et elle est aussi disponible sur Google Play.

Utilisation et fonctionnement

Le Parrot Swing est un drone RTF. Donc il est prêt-à voler. Le déballage est le montage est très rapide car il n’y a rien à faire d’autre que de sortir le drone et sa radiocommande de la boite et d’insérer la batterie du drone et c’est tout. Par contre, il y a quelques petites choses à faire avant de pouvoir vraiment décoller.

Pour commencer, pensez à recharger la batterie du drone et de la radiocommande. Ensuite, vous devrez télécharger l’application Freeflight Mini sur votre smartphone.

Vous pouvez utilisez votre smartphone uniquement pour piloter le Parrot Swing, mais il s’est avéré que le pilotage est plus ardu avec un smartphone plutôt qu’avec la Flypad et de plus vous vous privez de plusieurs avantages comme la distance de transmission plus élevée et certaines fonctionnalités qui vous seront accessibles en un clic, alors comme la radiocommande est mise à notre disposition, autant l’utiliser.

Utilisation avec le smartphone

Une fois que vous avez téléchargé l’application Freeflight mini dans votre smartphone, il se peut que vous deviez faire une mise à jour de l’application. Il faut ensuite appairer votre smartphone avec le Bluetooth du drone. La connexion se fait facilement et la mise à jour et l’appairage ne vous prennent pas plus de quelques minutes. Un bouton start sur l’application vous donne accès à l’interface de cette dernière. L’interface est bien conçue et son utilisation est intuitive. L’organisation des boutons sur l’interface est inspirée de celle de la manette. Comme je l’ai fait remarquer plus haut, l’utilisation du smartphone pour piloter le Parrot Swing est un peu dure au début. Donc pour éviter les accidents, il vaut mieux prévoir un endroit bien dégagé pour vos premiers essais. Nous verrons plus en détail un peu plus bas les fonctionnalités de l’application Freeflight.

Utilisation du Flypad

La radiocommande Flypad permet un pilotage plus aisé du Parrot Swing. Pour commencer, vous devez accrocher votre smartphone sur le socle destiné à cet effet. La fixation est ajustable à la taille de votre smartphone, donc vous n’avez rien à craindre, il ne risque pas de tomber de son socle pour peu que vous respectiez la taille maximale de smartphone compatible avec la Flypad (16cm x 7.8cm x  9.8cm). Connectez votre Smartphone au Bluetooth de la Flypad.  L’utilisation du Smartphone n’est pas obligatoire mais il est quand même utile ne serait-ce que pour afficher les images enregistrés par le drone ainsi que les informations concernant le drone durant le vol. Les deux joysticks sur la manette servent l’un à diriger le drone et l’autre sert de manette des gazs et les autres boutons sont destinés aux réglages, aux acrobaties et à l’appareil photo. La radiocommande permet aussi d’un seul clic de passer de mode avion au mode quad.

L’application freeflight

L’application Freeflight vous permettra d’avoir accès au réglage de l’altitude, de l’inclinaison et de la vitesse à laquelle le drone évolue. Elle enregistre et archive les données sur vos derniers vols. Vous pourrez alors consulter ces données plus tard et obtenir des informations comme le temps de vol, l’endroit où l’on a utilisé le drone, la marque de smartphone qui a été utilisé, etc.

Le premier vol

Au moment de décoller assurez-vous d’être dans un endroit bien dégagé et sans aucune autre radiocommande Flypad aux alentours pour éviter les interférences.

Si la batterie est déjà insérée et chargée, mettez le drone sous tension en appuyant sur le bouton power qui se trouve sur le ventre du drone. Le Parrot Swing est en mode quadricoptère au moment du décollage. Posez-le sur une surface bien plane les hélices vers le haut.

Une fois que votre smartphone et la Flypad sont allumés et prêts à être utilisés, ouvrez l’application Freeflight et dans la liste de drone qui apparait choisissez le votre, cela permet à l’application de se connecter au drone. Ensuite, appuyez sur le bouton représentant la Flypad, de nouveau une liste apparait, choisissez votre Flypad. Un voyant lumineux vous indiquera que la connexion est établie entre le drone et la Flypad.

Pour décoller, appuyer sur la touche destinée à cet effet sur la Flypad ou vous pouvez utiliser la fonctionnalité qui consiste à le faire décoller en le lançant.

Pendant le vol, vous pouvez à tout moment passer du mode Quad au mode avion en un seul clic sur la Flypad. C’est en mode avion que le Flypad fait les pointes de vitesse et les acrobaties.

Pour passer en mode avion appuyez sur la touche L2 si vous voulez aller à gauche et R2 si vous voulez aller à droite. Quand vous passez en mode avion, le drone fait un quart de tonneau vers l’arrière pour basculer de manière à ce que les hélices passent à l’avant.

Voici les différentes acrobaties que vous pouvez faire avec votre Parrot Swing :

  • Le looping : dans cette figure, le drone fait un tour complet sur lui-même. Au milieu de cette figure, le drone se retrouve la tête vers le bas. Cette figure se commande avec la touche 1 de votre Flypad. Avant de faire cette figure, veillez à ce que vous vous trouviez dans un endroit bien dégagé car elle nécessite beaucoup d’espaces
  • La demi-boucle : cette figure est une demi-looping. Vous pouvez utiliser cette figure pour éviter les obstacles qui se trouvent à l’avant du drone ou de faire faire un demi tour à votre drone. Cette figure se commande avec la touche B de votre Flypad
  • Le demi-tonneau : Cette figure consiste à faire faire un angle de 90° latéral au drone. Cette figure sert à rendre les vols moins ennuyeux, plus stylé. Vous aurez accès à cette figure en appuyant sur la touche A de votre Flypad

Les vols en extérieur

Théoriquement les vols en extérieur sont tout à fait possibles. Mais les expériences nous ont montré que le Parrot Swing et le vent ne font pas bon ménage. Un coup de vent un peu fort et le Parrot Swing est emporté. Ainsi, si vous voulez faire des vols en extérieurs, veillez à ce q’il n’y ait pas trop de vents.

Mais encore ?

Dans sa catégorie, le Parrot Swing est déjà un petit rapide, mais vous pouvez encore augmenter sa vitesse en l‘inclinant. Plus le drone est incliné, plus il va vite. Vous pouvez aussi activer le mode Boost pour être encore  plus rapide.

En mode Quadricoptère, vous pouvez bénéficiez de pilotage automatique pour vous assistez lors de vos vols.

Le Parrot Swing vous fait profiter de deux grands avantages : la stabilité des quadricoptères et la vitesse des avions.

Vous pouvez prendre des (petites) photos de vos aventures avec l’appareil photo du drone de 0.3Mp. C’est un peu léger mais on s’en accomode.

Comme avec ses autres mini drones, le Parrot Swing est compatible avec le logiciel Tynker utilisé par des millions d’enfants dans le monde pour apprendre à coder. Vous pourrez aussi trouver un programme d’activité et une plateforme d’échange éducatif développé par Parrot dans Apple Swift Playground

Conclusions

Le Parrot Swing est un petit drone super sympa et vraiment amusant. Bien que ce drone soit un jouet, il peut plaire aux adultes. Son pilotage est vraiment aisé grâce à la radiocommande de série dans cette gamme. Avec Le Parrot Swing, vous pouvez faire des pointes de vitesse et des acrobaties surprenantes avec le mode avion et profiter d’un vol ultrastable avec le mode quad. Les commandes de la Flypad sont extrêmement intuitives ajoutant encore au plaisir du pilotage. Tout est à portée de main.

Ce qui est moins bien par contre c’est l’autonomie vraiment limitée de la radiocommande. C’est toujours le point faible de Parrot. L’autonomie baisse encore si vous abusez des acrobaties et du mode avion. D’autre part, le fait qu’il ne soit livré qu’avec un seul câble mini USB pour charger et le drone et la Flypad et que le chargeur secteur n’est pas fourni est un peu embêtant.

De même la connexion via bluetooth est facile mais pas trop efficace. Elle se perd trop rapidement par rapport aux performances du drone et on ne peut pas vraiment profiter de tous ce que le drone a à nous offrir.

Encore une fois, une petite caméra un peu plus performante qui prendrait des vidéos et des photos aurait été la bienvenue sur ce modèle comme tous les autres mini drones de Parrot.  Mais on ne désespère pas d’en trouver sur les prochaines générations.

Fiche technique


  • Type : Drone/Avion Técommandé
  • Vitesse en vol : 30 km/h
  • Caméra :300p
  • Autonomie : 7 minutes
  • Portée : 60 mètres
  • Connexion : Wifi
  • Pilotage : Smartphone + Flypad (fourni)


Parrot Swing : le mini drone de l’espace !
Votez pour ce guide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
mini drone parrot hydrofoil
Revue du drone surfeur, le Parrot Hydrofoil

Avec le Parrot Airborne le petit taxi des airs, le Parrot Mambo et son canon à bille, il est dans...

Fermer