Le Parrot Bebop 2 Power

test du drone parrot bebop 2 power version fpv

Nous connaissons déjà le drone Bebop 2 de Parrot, mais dans le marché des drones, il ne faut jamais cesser d’innover pour pouvoir rester au niveau du leader DJI. C’est dans cette optique que Parrot nous présente le Bebop 2 Power, une déclinaison améliorée de la gamme  Bebop 2,  déjà disponible sur le marché.

Fiche technique


  • Type : Drone Caméra FULL HD
  • Vitesse en vol : 57 km/h
  • Caméra : 12MP 1920x1080p
  • Autonomie : 25 minutes
  • Portée : 300 mètres
  • Connexion : Wifi/Radio
  • Pilotage : Skycontroller, Tablette & Smartphone


Présentation

parrot bebop 2 power drone

Le Bebop 2 Power  est une version  améliorée et non une nouvelle génération. Les améliorations  apportées au drone sont surtout au niveau logiciel, avec pour conséquence plus d’assistance et de fonctions automatisées pour les prises de vue il n’y a pas eu de changement significatif au niveau du design mais la batterie a été remplacée par un modèle plus performant.

Design

Le design n’a pas beaucoup évolué par rapport au Bebop 2. La même forme aérodynamique fuselée, les mêmes lignes pointues vers l’avant et évasées à l’arrière. Une plateforme fixée en dessous de la coque par des amortisseurs en caoutchoucs porte les 4 bras et diminue l’usure des vis et articulations qui relient les différentes parties du drone en  absorbant les vibrations des moteurs. Le drone est d’une couleur entièrement noire avec des finitions brillantes au milieu du dos et à l’avant autour de la caméra. La reste du drone est noir mate. Les finitions son bien réalisées et donnent une bonne impression de produit de qualité.

design du drone parrot bebop 2 power fpv

L’avant du drone est entièrement occupé par la caméra encastrée dans la coque. Elle est  légèrement inclinée vers le bas et l’objectif ressort pour former une crête à l’avant du drone. La caméra est encadrée en haut  par une capsule d’air qui fait office d’amortisseur et en dessous par du polystyrène. Ce système a pour but de la protéger  des atterrissages un peu musclés.

Le module est conçu avec du PA12 renforcé en  de fibre de verre et  la carène est faite de Grimalid, un matériau utilisé dans la construction automobile,  caractérisé par une grande résistance  tout en étant léger.

Les hélices ont été conçues de manière à s’arrêter en cas de contact, cependant, pour plus de sécurité, des protections pour les hélices sont fournies avec le drone. Ces protections ont pour but d’éviter que des objets arrivent jusqu’aux hélices en cas de collision pour ne pas qu’elles se cassent. Ces protections ne servent pas qu’à protéger les hélices car elles permettent aussi de protéger les objets fragiles dans votre maison en cas de fausse manipulation.

Sur le haut du dos du drone, il y a l’emplacement de la batterie  que l’on insère et  retire par un système de tiroir. Sur le dos de la batterie il y a un Led bleu qui s’allume lorsque le drone est sous tension. Cela permet aussi de reconnaitre l’avant  de l’arrière du drone quand il est loin de vous.  Au dessus on trouve un connecteur pour Micro USB. A l’extrémité des 4 bras du drone, vous pourrez voir les moteurs et les hélices et en dessous des moteurs les patins d’atterrissage

Sur le ventre du drone, il y a le capteur à ultrason ainsi que la caméra verticale. L’antenne GPS est logée dans la coque en plastique pour la protéger des perturbations

Les dimensions du drone sont de 38 cm de longueur, 33 cm de largeur et 9 cm de hauteur sans les protections pour les hélices pour un poids total de 500g. Le Bepop 2 Power  est  suffisamment  compact  et léger pour tenir dans un grand sac à dos avec ses accessoires.

La radiocommande du drone est le skycontroller 2. Elle fait 20 cm de long, 18 cm de large et 11cm d’épaisseur pour un poids de 500g. La façade de la Skycontroller est plutôt minimaliste mais néanmoins complète. On peut y trouver deux Joysticks  et 8 boutons pour les différentes commandes ainsi qu’un bouton pour la mettre sous tension et un bouton pour le décollage et l’atterrissage automatique. Elle est aussi pourvue d’un connecteur USB et d’une antenne Wifi MIMO. La radiocommande est livrée avec un support pour smartphone et tablette amovible.

Les Cockpitglasses 2 sont des nouvelles générations. Pour le look, elles ressemblent un peu aux lunettes des soudeurs.  Elles sont pliables. A l’avant on peut voir l’emplacement pour le téléphone. Les Cockpitglasses sont compatibles avec des smartphones dont la taille de l’écran est comprise entre 4,7’’ et 5,5’’ et une épaisseur comprise entre 6 mm et 9,5mm. Les Cockpitglasses 2 pèsent 209g.

Caractéristiques techniques

Le Parrot Bebop 2 Power est équipé de 4 moteurs brushless d’une puissance de 1280 KV pouvant propulser le drone à une vitesse maximale de 65km/h en mode Sport. La vitesse ascensionnelle maximale est de 16km/h et l’altitude maximale de vol est de 2000m.

Les hélices sont des modèles à trois pales avec des fixations à 3 points sur le moteur. Pour  les fixer, un petit outil vous est fourni à l’intérieur du pack.

La batterie du Bebop 2 Power a été améliorée. Si le Bebop 2 était équipée d’une batterie Lipo 3S de 2700mAh, cette version est équipée d’une batterie avec une plus grande capacité soit de 3350mAh pour une autonomie maximale de 30 minutes. Le drone est livré avec une autre batterie de rechange même capacité  ce qui mène l’autonomie totale du drone à 60 minutes. Avec une autonomie de 30 minutes,  le drone dispose déjà d’une excellente autonomie en comparaison des drones de même catégorie, mais la présence d’une seconde batterie de même autonomie est un vrai plus.  La batterie se charge par un chargeur secteur fourni dans le pack initial Il faut compter environ 90 minutes pour une charge complète de la batterie.

La radiocommande Skycontroller quand à elle dispose d’une autonomie de 4h. La connexion avec le drone se fait par wifi. La portée du signal est de 2Km.

Ca caméra est une Caméra CMOS grand-angle de 14 Mp. Elle peut Enregistrer des vidéos en FHD à 1080p à 30i/s et sortir des photos d’une résolution de 14Mp en format JPG, DNG et JPG 180°. Le format DNG permet à l’utilisateur d’avoir une image qu’il peut retoucher à sa guise. L’avantage c’est qu’on peut rattraper certains défauts de l’image et avoir un meilleur rendu pour peu qu’on possède un logiciel adapté, l’inconvénient c’est que ça prend du temps et que ce format prend beaucoup de place dans la mémoire. Le JPG 180° est une image avec encore l’effet fish-eye, mais elle est compatible avec n’importe quel logiciel d’affichage d’image. Le JPG est la photo simple. La stabilisation de l’image se fait numériquement chez les drones Parrot. Parrot possède un des systèmes les plus aboutis en matière de stabilisation des images en numérique. Ses drones ne sont donc jamais équipés de nacelles brushless, tout se passe au niveau logiciel. En comparaison aux autres drones qui utilisent le même système de stabilisation, celui de Parrot est très efficace. L’image est stabilisé sur 3 axes et le tout fonctionne plutôt bien même avec du vent ou un pilotage assez saccadé. Par contre par rapport à une stabilisation avec une nacelle brushless sur trois axes, la stabilisation numérique de Parrot est moins efficace. Le retour vidéo est de 720p.

Pour la qualité de l’image, elle est bonne, surtout dans de bonne conditions de prises de vues (temps ensoleillé, pas trop de vent) Par temps gris avec de mauvaises conditions de luminosité, le résultat est moins satisfaisant. Des grains apparaissent sur l’image et les bords deviennent flous. Les images deviennent saccadées quand le drone bouge et si la caméra est orientée sur les côtés ou vers le bas, les images sont encore plus floues.

Cela ne veut pas dire que les images et les vidéos de ce drone sont très mauvaises, loin de là, mais elles ne conviendront pas à un utilisateur très pointilleux sur la qualité des images. Par contre pour un utilisateur lambda qui veut prendre et partager  des vidéos souvenirs de vacances ou d’évènements familiaux, c’est tout à fait satisfaisant et d’ailleurs les updates logiciels dont le drone a bénéficié ont apporté une vraie différence sur les prises de vue

Pour la stabilité en vol, le drone est équipé de capteurs IMU et de capteurs à ultrasons, d’un système de positionnement optique et d’un altimètre. Le positionnement se fait par un double système GPS et Glonass pour plus d’efficacité.

Les capteurs IMU sont composés par un gyroscope 3 axes, un accéléromètre 3 axes, et un magnétomètre 3 axes.  L’accéléromètre 3 axes permet de surveiller les mouvements des positions, c’est-à dire que ce capteur permet de mesurer chaque mouvement du drone qu’il soit issus des commandes ou non. Le gyroscope 3 axes mesure le tangage, le roulis et le lacet. Les données fournies par ces capteurs au contrôleur de vol permettent de maintenir le drone en vol pratiquement sans intervention du pilote.

Le capteur à ultrason qui se trouve au niveau du  le ventre de l’appareil permet de  maintenir une bonne stabilisation verticale. Ce capteur permet de mesurer  la hauteur du drone par rapport au sol en émettant à intervalle régulier un son qui se propage et se réfléchit vers le drone quand il rencontre un obstacle. La hauteur du drone  est calculé à partir  du temps que met le son à revenir jusqu’au capteur. La hauteur  maximale de fonctionnement est de  4m.

En ce qui concerne le magnétomètre, il sert à mesurer la direction d’un champ magnétique. Il  fait ici office de boussole.

La camera verticale permet de maintenir la stabilité horizontale. Elle filme le sol sous l’appareil en continu et transmet les données au contrôleur de vol en temps réel. Ce dernier analyse les images prises par la caméra verticale et si elles changent, c’est que le drone bouge. Si le contrôleur de vol ne détecte pas de commande venant du pilote, il sait que le drone dérive et il agit sur les moteurs  pour compenser.

Pour les vols en intérieur ou dans un autre endroit non accessible au GPS, le VPS composé par les IMU, le capteur à ultrason et le capteur optique permettent de stabiliser le drone.

L’application dédiée au drone est le FreeFlight 3. Elle peut-être téléchargé gratuitement sur le smartphone ou la tablette qui va servir à piloter le drone. L’application est compatible avec les appareils avec un système d’application Android, IOS ou Windows 8.1 (mobile et PC). L’application donne aussi accès aux réglages des différents paramètres du drone : La calibration des outils, les paramètres de pilotage, les paramètres de limite de vol (géo barrière), les paramètres de prise de vue et ceux de l’image et enfin les paramètres du réseau.

Les lunettes FPV  Cockpitglasses  ont été aussi  améliorées. L’espace inter pupillaire est réglable et le FOV est de 96° au lieu de 90° et on a aouté un bouton qui permet d’activer la caméra dorsale du smartphone afin d’avoir une vision de ce qu’on a devant soi au lieu du retour vidéo. Pour passer en mode FPV, il faut activer l’option dans l’interface de l’application et l’image sur le téléphone se divise en deux pour s’adapter aux lunettes. Le retour vidéo pour les vols en immersion est de 720p à 30i/s. La latence  est en moyenne de 22 à 28ms. Il faut savoir qu’il faut une latence inférieure à 40ms pour voler en FPV, donc pour le Bebop c’est plutôt bon sauf qu’avec la transmission en wifi, la latence et la qualité de l’image se détériore très vite dès que le drone s’éloigne un peu.

Fonctionnement

C’est à ce niveau que les améliorations sont les plus significatives. Le Bebop 2 Power dispose de nouvelles fonctionnalités qui permettent de faire de meilleures prises de vue avec assistance et effets automatiques, ainsi que de nouveaux modes de vol.

L’assistance en vol améliorée vous permettra d’avoir un drone très stable et facile à piloter même pour un novice tout en ayant de belles prises de vues :

  • Touch &Fly : Avec ce mode, il vous suffit d’indiquer un point sur une carte et le drone s’y rend automatiquement. Il est possible de changer d’itinéraire en cours de route, le drone recalcule automatiquement l’itinéraire pour ne pas changer de direction brusquement.
  • Caméraman : avec ce mode, vous ne vous souciez que de piloter le drone, le cadrage se fait automatiquement dès que vous aurez défini la cible en double cliquant dessus. Comme le drone est capable de reconnaitre certaines formes, il peut suivre la cible même si elle est en mouvement
  • Le Magic Dronies : ce mode propose 4 manières différentes de faire les meilleurs selfies. Ces manières de cadrer sont difficiles à faire soi-même si on doit s’occuper du pilotage et du cadrage seul. Avec l’Orbite, le Parabole et la Tornade, le drone évolue autour de la cible en spirale ascendant tout en la maintenant dans le cadre ; avec le Boomerang, le drone s’éloigne doucement de la cible en respectant l’angle d’inclinaison de la caméra
  • Auto Shots : dans ce mode vous disposez d’une assistance aussi bien au niveau du pilotage qu’au niveau de la prise de vue. Vous avez 4 configurations possibles : Epic qui est une sorte de Cable Cam, Rise et Reveal le drone monte à la verticale et la caméra passe à l’horizontale. Le 360° permet de faire un panoramique avec une vitesse réduite pour éviter de faire des saccades dans les images.
  • Le mode vidéo/sport : dans ce mode vous disposez d’une assistance pour les prises de vues, tandis qu’en mode sport, le drone est plus nerveux et rapide,  c’est avec ce mode que le drone atteint les 65Km/h. Cependant, tous les moyens de stabilisation du drone restent actifs.
  • Le mode Follow me : pour pouvoir bien suivre sa cible dans le mode follow me, le drone se sert de deux outils ; le positionnement GPS et la reconnaissance faciale. Si le smartphone du pilote est pourvue d’un baromètre altimétrique, le drone prend aussi en compte les données émanant de ce capteur. C’est de cette manière que fonctionne le mode Climb qui permet de suivre la cible à plat, en montée et en descente. Il existe aussi un mode « perfect side » qui permet de suivre la cible en volant sur ses flancs.
  • RTH : le Return to Home permet au drone de retourner et d’atterrir en sécurité à l’endroit d’où il a décollé. Le RTH peut se déclencher suite à une demande de pilote ou automatiquement en cas de perte de signal, de batteries faibles, ou de géo barrières atteintes.
  • Le mode FPV : le mode FPV permet de piloter le drone en immersion, c’est-à-dire comme si on était en train piloter l’appareil depuis le cockpit, avec les lunettes FPV Cockpitgasses 2 à partir du retour vidéo sur le smartphone.

Mais encore ?

Vous pourrez trouver sur la radiocommande un bouton pour l’atterrissage et le décollage automatique du drone, mais la fonction Hand Launch permet de faire décoller le drone en le lançant vers le haut.

Pour plus de praticité, la fonction Find my Drone permet en cas de connaitre la dernière position de l’appareil, cela permet de le retrouver plus facilement en cas de crash.

Conclusions

Les consommateurs l’ont demandé, Parrot l’a fait. La qualité des images  des drones Parrot n’est pas le point fort de ces drones. Pour tenter de satisfaire ses clients, Parrot a fait cet update sur ces drones. Malgré tout, les images ne sont pas à la hauteur d’un Mavic Pro par exemple, mais il a quand même beaucoup d’avantages : autonomie, facilité de pilotage et la possibilité de piloter en FPV.

Fiche technique


  • Type : Drone Caméra FULL HD
  • Vitesse en vol : 57 km/h
  • Caméra : 12MP 1920x1080p
  • Autonomie : 25 minutes
  • Portée : 300 mètres
  • Connexion : Wifi/Radio
  • Pilotage : Skycontroller, Tablette & Smartphone


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *