Notre test du Splash Drone AUTO+ de SwellPro

Splash drone étanche SwellPro

Splash Drone Auto + v3 — distribué en France par Helsel EU, se positionne singulièrement sur un marché de drones où très peux peuvent se targuer d’être étanche, c’est-à-dire réellement résistants à l’immersion (inclus l’eau de mer).

Fiche technique


  • Type : Drone avec caméra 4K
  • Vitesse en vol : 70 km/h
  • Caméra : 4k/25 FPS
  • Autonomie : 20 minutes
  • Portée : 1 km mètres
  • Connexion : Radio
  • Pilotage : Gamepad


Présentation

SwellPro est une société chinoise qui a eu la bonne idée de chercher à élargir les aires de jeux de ses drones. En effet le Splash Drone est étanche et robuste. L’eau n’a jamais été l’amie des composants électroniques. Cela change-t-il la donne ? Bien que ne proposant pas toutes les fonctionnalités liées aux capteurs d’obstacle et de prise de vue professionnelle, le Splash Drone semble s’inscrire dans une logique d’exploitation plus adaptée pour maintes missions d’observations ou de sécurité, comme une recherche de personne par mauvais temps…

Le Splash Drone de la marque SwellPro est un quadricoptère en forme de X qui se démarque par sa couleur orange et un châssis clairement très résistant où l’eau ne peut pénétrer. Bien que les moteurs brushless soient apparents, ils sont traités pour fonctionner sans soucis au contact de l’eau, même salé. Deux modèles sont commercialisés sur une même base châssis et composants électroniques de vol, l’un avec nacelle 2-axes et l’autre avec un système de largage monté d’une caméra fixe.
Splash drone waterproof avec sa camera gopro

Le tour de force de ses concepteurs fut de caler tous les composants dans un espace restreint et hermétique, tout en garantissant une facilité de manipulation et une stabilité de vol similaire aux drones conventionnels.

La 3ème version du Splash Drone semble avoir beaucoup évoluée depuis les débuts. On retrouve l’antenne GPS colée au sommet du capot qui permet l’accès et l’étanchéité de l’appareil. Ne pas se tromper sur la direction du compas GPS quand on referme le drone !  Également doté dans sa dernière version d’une caméra 4K 25 frames par seconde supportée par une nacelle 2 axes, tout ça bien étanche évidemment.

Niveau taille, il s’impose un peu plus que la gamme Phantom avec 50 cm de diamètre. Il est propulsé par 4 hélices en carbone auto-serrantes #1238. L’appareil pèse 2,3 kg avec nacelle et caméra, et sous sa forme SaR (Search and Rescue / mode largage) peut transporter une charge d’1 kg pour un poids TCC de 3,6 kg. On trouve pas mal de vidéos de pêcheurs qui utilisent ce système pour poser leur ligne à plusieurs centaines de mètres du bord, pour attraper les plus gros poissons ou encore des océanographes pour l’étude non-intrusive des cétacés.

Caractéristiques techniques

Le Splash Drone est comparé au Land Rover, c’est à dire un engin de franchissement robuste qui ne craint pas grand-chose. Eh bien le Splash drone c’est tout à fait ça ! Une structure étanche et robuste, de puissants moteurs bien sûr, pour pouvoir s’exécuter au transport d’une bouteille d’eau, de vivres ou de médicaments… Il y prend naturellement du poids.

Type Drone 100% étanche
Dimensions 500 mm de diamètre, hauteur 120 mm (sans trains d’atterrissage), 230 mm (avec trains d’atterrissage)
Poids AUTO+ (TCC) 2,3 kg
Poids SaR (TCC) 3,6 kg
Vitesse 70 km/h en mode ATTi
Résolution de la Caméra 4K/25 FPS, 1080p/60 fps, Photo : 14 MPx
Capteur capteur 1/2.3’’ COMS,106° angle de vue sans distorsion,
Modèle SaR Mécanisme de largage à distance étanche avec caméra 4K et contrôle du pitch à partir de la radiocommande
Transport de charge 1 kg
Capacité batterie 4S 14,8V 3800mAh – 8000 mAh
Autonomie 15-20 minutes (4S 5200 mAh)
Temps de charge batterie Inférieur à 50 minutes
Moteurs 590KV et 620KV pour la dernière version.
Portée 1 kilomètre (distance légale en vol a vue 200 mètres)
Connexion Radio, bluetooth
Pilotage Radiocommande + smartphone
Radiocommande AT9 10 canaux, nouvelle radio type « gamepad », écran retour vidéo intégré avec OSD (affichage données de vol)
Géolocalisation compas GPS, Glonass, avec blindage pour éviter les interférences avec les autres composants
Contrôleur de vol AUTO+, et pour la dernière version le nouveau S3 conçu avec des redondances système.
Way point planning
Follow me
guide & orbite

Splash drone swellpro avec sa radio commandeOn se rend bien compte que le drone a été bien pensé et que ce qui est proposé est très complet. Avec les fonctionnalités avancées comme la programmation de points d’intérêt que le Splash Drone exécutera comme le mode orbite ou poursuite où il suivra le boitier datalink connecté au smartphone. Et bien sûr, pas de soucis particuliers à avoir en cas de perte de signal ou de batterie faible, le Splash Drone est équipé de la fonction Return to Home, c.à.d. retour au point de décollage.

À savoir que le Splash Drone est livré dans une mallette (52 x 47 x 61 cm pour 10,5 kilos) en aluminium pratique pour le transport, prêt à voler avec la radiocommande à écran intégré, la batterie et son chargeur équilibreur, avec le système largage, un stabilisateur waterproof pour caméra 2 axes Stedi HG2, un émetteur vidéo 5,8 GHz, le module Datalink RD9 compatible avec iOS et Android ainsi qu’une paire d’hélices supplémentaires et des accessoires. Bonne surprise, il y a le manuel en français, pas toujours évident quand cela vient de Chine.

Prise en main du Splash Drone

Swellpro drone splash pour pécheurIl en impose c’est sûr. On est plus dans la cours des jouets mais avec une machine sérieuse. On comprend qu’avec l’espace restreint de la coque, on retrouve les composants électroniques de visu, comme le contrôleur de vol, l’émetteur vidéo, le RD9 et l’OSD, les ESC dans chaque bras du quadri rotor, et le compas GPS collé dans le capot (à soigneusement fermer) qui est donc relié par un câble.

La batterie en impose aussi, avec autour de 500 g en 5200 mAh.

On installe les hélices en carbone. Elles sont belles et affutées ! On faufile la batterie, on la branche (après la radio !), et le Splash semble prêt. On vérifie le nombre de satellite, car il ne décolle pas avec moins de 11 satellites captés (sauf en mode ATTI).

Il est vif, c’est la première chose dont on se rend compte qu’il en a sous le capot. Quand on lâche tout (en mode GPS) il garde assez bien sa position, un peu moins niveau verticale, mais le test a été réalisé un jour avec du vent… le fabricant nous ayant expliqué la question du baromètre qui subit des changements de pression à l’intérieure de la coque, qui isole de l’eau par une nano couche. La 3ème version du Splash réserve apparemment aussi une amélioration de ce côté-là.

Quand on met le datalink en route, avec appairage du smartphone via bluetooth, on peut prendre tout contrôle sur le drone et lancer les programmations de way points (points d’intérêts)- par lequel le drone passera ou décrire une orbite autour d’un objet choisi ou encore de suivre le porteur du datalink/smartphone (Follow me).

La radiocommande reste la pièce angulaire du contrôle, à savoir que la législation oblige à pouvoir reprendre le contrôle manuel à tout moment. Sans oublier qu’en cas de soucis, il y a toujours le RTH, le retour au point de décollage.

Prise de vue

Caméra 4k du splash drone de SwellproLe Splash Drone version 3 sera livré avec une nacelle 2-axes très performante et d’une caméra 4K avec un angle d’ouverture de 106° sans déformation de l’horizon.

La version 2 permet de choisir la caméra type GoPro 3&4 qu’on voudra y mettre. SwellPro propose la caméra ZERO qui a l’avantage d’avoir une compatibilité avec le Splash Drone, pour lancer l’enregistrement vidéo ou photo à partir de la radiocommande.

Cette caméra haut de gamme permet de filmer dans les résolutions et frame rate suivants : 4K en 25 FPS, 1080p jusqu’a 60 fps et de réaliser des prises de vues avec une résolution de 14 Megapixels.

Conclusion

Le Splash Drone n’est clairement pas une machine pour débuter. Quand on achète cette machine c’est qu’on connaît déjà un certain nombre de choses dans le pilotage et surtout dans les contraintes liées à l’exécution de missions.

Son atout majeur, l’étanchéité, apporte un nouveau plaisir de pilotage au-dessus de l’eau. Non seulement la crainte de perdre le drone est sacrément atténuée, c’est le contraire qui se produit… l’eau pardonne plus que le sol en dur, et le jeu avec l’eau devient obsessif. Raz mottes, plongeons ou exploration vidéo sous l’eau sont vraiment gratifiants et permettent d’imaginer prises de vues et utilisation hors du commun.

Au niveau des performances, tout est à relativiser, ce n’est pas comparable en fait à la gamme DJI ou Yuneec… c’est le Land Rover et non une Mini Cooper…

Fiche technique


  • Type : Drone avec caméra 4K
  • Vitesse en vol : 70 km/h
  • Caméra : 4k/25 FPS
  • Autonomie : 20 minutes
  • Portée : 1 km mètres
  • Connexion : Radio
  • Pilotage : Gamepad


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *