Test du Yuneec Breeze 4K

drone yuneec breeze 4K

Toujours dans la gamme des drones ultra compacts destinés aux selfies, voici le Breeze 4 K de Yuneec. Avec ce drone, Yuneec met l’accent  sur la compacité associé à la simplicité d’utilisation et la vidéo en 4K.

Fiche technique


  • Type : Drone avec caméra 4K
  • Vitesse en vol : 18 km/h
  • Caméra : 4K UHD 30 FPS
  • Autonomie : 12 minutes
  • Portée : 100 mètres
  • Connexion : Wifi
  • Pilotage : Tablette & Smartphone


Présentation

boite yuneec breeze 4K

Packaging

Le Breeze est livré dans une boite en carton contenant le drone, la batterie, les hélices, les protections des hélices et le chargeur de la batterie.  Cette boite sert uniquement d’emballage pour la vente, mais  comme le drone est bien calé à l’intérieur vous pouvez vous servir de cette boite pour protéger le drone des chocs lors des transports, par contre comme la boite n’a pas de fermoir qui se verrouille, il faut faire attention car elle risque de s’ouvrir si vous la transportez du mauvais côté.

Design

Le Breeze 4K a une allure plutôt sympa. Elle est toute blanche avec de petites touches grises et noires. Simple, sobre et efficace. La coque est de forme  rectangulaire avec le ventre, le dos et les bouts arrondis. Sur les dos on peut voir une petite plateforme avec un Led qui s’allume lorsque le drone est sous tension. La caméra est encastrée à l’avant du drone, l’arrière porte l’emplacement de la batterie qui s’insère par un système de tiroir. A l’arrière sur le dos de la batterie, il y a un bouton poussoir qui sert à déverrouiller le fermoir avant de retirer la batterie.

Sur le ventre du drone, on peut voir une caméra verticale ainsi qu’un capteur à ultrason. Sous les 4 moteurs, il y a 4 patins d’atterrissage pliables et les hélices au dessus des moteurs, les hélices  sont aussi pliables. Le connecteur à USB se trouve sur le flanc gauche du drone fermé par une trappe en caoutchouc.

capteur breeze 4K

L’appareil est conçu dans du plastique dur plutôt solide mais creux pour diminuer le poids du drone. Ainsi, l’ensemble a un peu de jeu et on peut entendre quelques petits craquements déplaisants.

Le Breeze est un drone ultra compact. Elle forme un carré de 19.6cm de côté avec 6.5 cm de hauteur avec les patins d’atterrissages pliées et 8.2cm de hauteurs les patins dépliés. Le drone fait un poids de 385,5g dont à peu près 100g est le poids de la batterie.

Avec son poids et ses dimensions, une fois que ses patins d’atterrissages et ses hélices pliés, elle peut-être transporter dans un sac à dos un peu profond pour un minimum d’encombrement.

Pour le pilotage, le Breeze ne dispose pas de radiocommande mais se pilote avec un smartphone ou une tablette.

Caractéristiques

Le Breeze est un quadricoptère, c’est-à dire qu’il est équipé de 4 moteurs. Ces moteurs sont capables de propulser à une vitesse maximale de 18km/h. Cela semble un peu lent au vue des performances d’autres drones concurrents qui peuvent atteindre plus de 50km/h, mais cela est tout à fait pertinent par rapport à la vocation de drone de selfie du Breeze. La vitesse ascensionnelle et sa vitesse maximale de descente est de 1m/s et il peut monter à une hauteur maximale de 80m.

Les hélices sont des modèles à 2 pales d’une longueur de 13 cm. Elles sont pliables mais pas autobloquantes.  En cas de casse, elles sont un peu ardues à retirer car il faut passer par l’épais autocollant au centre des hélices pour arriver à atteindre les deux vis de fixation.

Le drone est équipé d’une batterie Li-po 3S d’une capacité de 1150mAh et à 11.1V. Cela permet une autonomie maximale estimée à 12 mn de vol. Les tests ont montré que l’estimation n’était pas très éloignée de la réalité puisque la batterie tenait bien entre 10 et 12 minutes d’utilisations selon les contextes de vol. L’autonomie étant ce qu’elle est, je vous conseille de vous procurez une ou deux batteries de remplacement pour bien profiter de votre drone. Comme la batterie est amovible, vous pouvez l’enlever et la remplacer par une autre pendant la recharge. La recharge de la batterie se fait via un chargeur secteur fourni.

Le Breeze dispose d’une camera 1/3.06 CMOS. La caméra est capable de filmer en 4K 3840 x 2160 px à 30 images par seconde, en Full HD 1920 x 1080 px à 30 images par seconde, ou en HD Ready 1280 x 720 pixels à 60 images par seconde. Pour la photo, la résolution est de 4160 x 3120 pixels soit de 12Mp.

Le Breeze n’est pas équipé de nacelle mécanique à 3 axes comme le sont ses concurrents. La stabilisation de l’image se fait par logiciel et c’est sans doute la raison pour laquelle la résolution en 4K n’est pas stabilisée. Seules les vidéos en FHD et en HDR sont stabilisées par le logiciel. En fait, les vidéos sont toujours capturées en 4K, puis elles sont recadrées en format plus petit afin que le surplus de pixel puisse être utilisé par le logiciel pour stabiliser l’image. La vitesse de l’obturateur varie de 1/30 à 1/8000s. Le FOV est de 117°.

Qualité des prises de vue : Le Breeze dispose d’un capteur trop petit pour donner des images d’excellentes qualités, elles sont bonnes sans plus. Si elles sont plutôt nettes avec une bonne exposition, les couleurs manquent de contrastes et les détails sont lissés, et ils le sont  de plus en plus à mesure que l’on se rapproche du bord.

Pour la vidéo, la résolution en 4K donne de belles images, mais l’absence de stabilisation à ce format donne un effet désagréable à l’image. Les  vibrations et les à-coups du drone se ressentent énormément et les images bougent beaucoup. Si vous passez en FHD et HDR, c’est mieux car vous bénéficiez alors de la stabilisation numérique. Mais cette stabilisation atteint très vite ses limites, surtout en comparaison à une stabilisation avec une nacelle brushless qui peut donner des images stables même quand il y a du vent ou des mouvements brusques. Ici même en de bonnes conditions de vol, l’image garde toujours une légère oscillation. Si la stabilisation numérique apporte de la fluidité en FHD, on regrette l’absence du 60i/s que l’on retrouve qu’en HDR.

La connexion entre le drone et le smartphone se fait  par Wifi et la portée est d’environ 70m.  Le retour vidéo en 720p se fait en temps réel sur l’écran de votre smartphone. La portée du retour vidéo est d’environ 50m. Au-delà de cette distance, l’image devient très saccadée et des parasites apparaissent. Il est possible de partager directement une vidéo ou une photo sur les réseaux sociaux ou sur Youtube avec l’application Breeze Cam.

Le pilotage du drone se fait avec un smartphone ou une tablette via l’application dédiée Breeze Cam. L’application est compatible avec les systèmes d’exploitation Android et IOS.

Pour la stabilisation en vol, le Breeze dispose de GPS ainsi que d’une caméra verticale et d’un capteur à infrarouge situés sur le ventre de l’appareil. Ces trois technologies conjuguées permettent au Breeze d’être très stable en vol et en vol stationnaire avec une journée sans vent. Mais dès qu’il y a un vent qui souffle au-delà de 10km/h, la stabilisation est moins efficace. Par contre, avec le capteur optique et à infrarouge, le vol en intérieur sans signal GPS est possible et comme il n’y a pas de vent, il est très stable.

Fonctionnalités

Pour commencer à utiliser le Breeze, il y a quelques petites manipulations à faire. Il faut insérer la batterie et fixer les protections d’hélice. Le drone peut voler sans les protections d’hélices mais si vous êtes débutant il vaut mieux les mettre d’autant plus que comme on l’a fait remarquer plus haut, remplacer des hélices cassés n’est pas si facile. D’autre part, si vous faites voler votre drone en intérieur, la protection d’hélice servira aussi à protéger vos objets d’un coup d’hélice qui risquerait de les casser. Ensuite, il faut déplier les patins d’atterrissage et mettre le drone sur un endroit bien plat et dégagé.

Pour une utilisation bien sécurisé du drone, il vaut toujours mieux se conformer aux législations concernant les zones de vol, les distances d’éloignements et suivre les consignes de sécurité.

Du côté du smartphone/tablette, vous devez télécharger l’application Breeze Cam puis effectuer l’appairage avec le drone. Avant de pouvoir utiliser l’application vous devrez surement faire une mise à jour. L’application Breeze Cam est facile à utiliser. Sur l’écran principal, celui utilisé pour le pilotage, vous verrez en fonds d’écran l’image retransmise en temps réel  par la caméra. Affiché dessus, vous trouverez les données de télémétries, les outils pour le pilotage de la caméra, un joystick virtuel et le bouton de décollage.

Vous avez aussi accès à d’autres écrans qui vous aideront dans le pilotage, paramétrage et calibrage des outils de votre drone, certains de ces réglages doivent êtres effectués avant l’utilisation du drone.

pilotage du drone

Le Breeze est le drone idéal pour les débutants ou les personnes qui veulent l’avantage du drone avec une caméra sans avoir à apprendre à piloter. Il dispose de nombreux vols automatisés qui facilitent la vie du pilote et qui s’activent en un clic sur le smartphone/tablette.

Le décollage s’effectue en appuyant sur l’icône « décoller » sur le smartphone. Le drone s’élève alors et se tient en vol stationnaire à une hauteur entre 70cm et 200cm du sol selon le réglage que vous avez prédéfinis en attendant que vous preniez les commandes.

A partir de là, vous pouvez, si vous le souhaitez abandonner le pilotage du drone en choisissant un des vols automatisés proposés par le Breeze. Pour activer un des modes de vol, cliquer sur celui que vous voulez utiliser depuis l’écran de votre smartphone.

Le Breeze possède 6 modes de vols :

  • Le RTH : le Return to Home permet de demander un retour automatique du drone vers vous avec un atterrissage sécurisé  au point de décollage en cas de nécessité. Le RTH peut aussi se déclencher automatiquement en cas de perte de signal ou de batterie faible. Mais il faut faire attention car le drone ne dispose pas de détection d’obstacle, donc gare aux collisions si le drone est hors de votre vue.  Le RTH peut aussi se déclencher automatiquement en cas de parte de connexion avec le smartphone ou en cas de batterie faible. Le RTH peut-être interrompu à tout moment si vous souhaitez reprendre les commandes.
  • Le follow-me : avec ce mode, le drone fixe la caméra sur une cible et la suit quand elle bouge. Il y a deux choix, dans ce mode ; soit le drone s’appuie sur le GPS du smartphone et suit ce dernier, ce qui risque de vous mettre hors champs de la caméra parfois. L la seconde possibilité est la reconnaissance des objets, le drone identifie l’objet, fixe la caméra sur cet objet et le suit quand il bouge. Ce mode de vol proposé par le Breeze gagnerait à être améliorer.  Avec  le GPS, le drone a du mal à vous suivre même si vous vous déplacez doucement, alors qu’il est censé pouvoir vous suivre même si vous êtes à vélo. Pour que la reconnaissance des objets fonctionne, il faut vraiment que la cible tranche par rapport au paysage de fonds et qu’il évolue lentement pour ne pas sortir du cadre, il ne faut pas non plus qu’un objet interfère ou  dans le champ de la caméra ou que la lumière change sinon le drone perd le suivi de la cible.
  • Le mode Orbit : avec ce mode, le drone décrit un cercle autour de vous tout en gardant la caméra sur vous.
  • Avec le mode Selfie, le drone évolue de manière à ce que vous puissiez prendre le selfie parfait.
  • Avec le Journey Mode, le drone garde sa caméra sur vous tout en s’éloignant et en prenant de l’altitude doucement pour intégrer le paysage.
  • Le Pilot Mode vous permet de piloter sans assistance des modes de vols automatisés. Il est à remarquer que par défaut, les commandes du drone dans cette configuration est en mode 2, cela s’explique par la vocation selfie de ce drone qui veut que la plupart du temps, il se trouvera face à vous. Si les vols automatisés favorisent les débutants dans la manipulation de ce drone, il en est autrement dès que l’on passe au Pilot Mode. L’utilisation du smartphone pour piloter le drone vers un endroit précis pour un cadrage avant la prise de vue est vraiment ardue même pour  un pilote confirmé.

Le bon point c’est que pour profiter en toute sécurité de votre drone, vous pouvez gérer plusieurs paramètres comme la hauteur au décollage, l’altitude pendant le RTH, l’altitude maximale, la vitesse maximale à ne pas dépasser pour un drone plus ou moins nerveux.

L’atterrissage est tout aussi facile que le décollage. Vous avez juste à appuyer sur le bouton dédié ou demander un RTH. En RTH, pour plus de sécurité comme le drone ne dispose pas de détection d’obstacle, il monte à une hauteur comprise entre 3 m et 30 m (à paramétrer mais par défaut la hauteur sera de 10 m) avant de redescendre pour un atterrissage en toute sécurité.

Conclusions

Le Breeze 4K n’est pas le drone qui vous procurera le plus de sensations en vol. Il n’est ni la plus rapide, ni le plus maniable. Son autonomie n’est pas très élevée, il ne dispose pas d’une nacelle brushless, et ses modes de vols ont tous un peu le même objectif. Cependant, il est aussi plutôt sympa à regarder, il n’est pas encombrant, on peut le transporter facilement, il fait des vidéos en 4K et vous pouvez partager vos vidéos facilement.

Cela vaut-il la peine de l’acheter ? Cela dépend de ce que vous recherchez. Ce drone est une sorte de perche à selfie volante pour faire des autoportraits épatants. Si cela vous suffit et que vous êtes prêt à y mettre le prix, alors ce drone est fait pour vous.

Fiche technique


  • Type : Drone avec caméra 4K
  • Vitesse en vol : 18 km/h
  • Caméra : 4K UHD 30 FPS
  • Autonomie : 12 minutes
  • Portée : 100 mètres
  • Connexion : Wifi
  • Pilotage : Tablette & Smartphone


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
drone voliro
La révolution Voliro

Depuis quelques années maintenant, l’utilisation des drones s’étend dans tous les secteurs d’activité. On utilise des drones partout et on...

Fermer