Formation obligatoire pour les télépilotes d’appareils de plus de 800 grammes

dgac-drone-800-grammes

Comme prévu depuis 2017, il est dorénavant obligatoire de se former au pilotage des drones si ceux-ci dépassent les 800 grammes. Nous apprenons à l’instant dans un communiqué de presse en provenance de la DGAC qu’un site Internet et une application mobile seront bientôt disponible afin de former les nouveaux pilotes de drones souhaitant faire voler des engins « lourds ». Les télépilotes utilisant des drones comme le Mavic Pro, Le Parrot Bebop 2 ou le DJI Spark ne sont donc pas concernés.

Voici les détails du communiqué :

En application de la loi du 24 octobre 2016 relative au renforcement de la sécurité de l’usage des drones civils, le ministère chargé des Transports met en place une formation en ligne
obligatoire à partir de 14 ans pour les télépilotes de loisir d’appareils de 800 grammes et plus.

Disponible via un site internet et une application mobile dédiés, cette formation gratuite sera accessible début septembre 2018. Elle développera une pratique responsable par une
approche pédagogique pour améliorer les conditions d’usage en sécurité et la connaissance des règles essentielles. Par ailleurs, cet outil sensibilisera les télépilotes au nécessaire
respect de la vie privée des tiers au sol.

L’attestation de suivi de formation sera téléchargeable à l’issue de la réussite du test en ligne. Ce test, dont le nombre de tentatives ne sera pas limité, est constitué d’une vingtaine
de questions. Les télépilotes de loisir disposeront de deux mois à compter de la mise en service de la plateforme pour se former. Par ailleurs, une formation dispensée par la
fédération française d’aéromodélisme sera considérée comme équivalente. En proposant aux télépilotes de loisir un outil innovant et digital qui contribuera à la
consolidation de cette filière prometteuse, la France démontre une fois de plus son dynamisme en matière de drones civils et de modernisation de l’action publique.

 

Vous allez sans-doute aimer !

7 Responses

  1. fiduce dit :

    Bonjour. Je me pose des questions sur toutes ces réglementations. Est-ce que mon drone pesant 700g à vide est concerné (DJI Phantom 1) ? Est-ce que je n’ai pas le droit de le faire voler chez moi, si j’habite un pavillon de « zone urbaine » disposant de 1500 m² de terrain ? Même si je ne dépasse pas 8 m de hauteur (soit 3 fois moins haut que la cime de mes peupliers) ? Est-ce que j’ai le droit de m’entrainer au maniement de la télécommande à moins de 2m de hauteur ? Dans un hangar ? On ne comprend RIEN à ces règlementations archi-floues.

  2. fiduce dit :

    J’habite dans la zone d’exclusion aérienne située autour d’une base (zone en forme hippodrome, rouge donc vol interdit). Ça veut donc dire que je n’ai pas le droit de faire voler mon drône dans mon jardin à 5m de hauteur pour m’entrainer au maniement de la télécommande ? Interdiction de décollage pure et simple quelque soit l’altitude ? Je n’ai pas le droit d’inspecter mes gouttières ou ma toiture avec une caméra embarquée ? Si c’est ça, c’est juste lamentable comme réglementation. Prendre sa voiture et faire 10 km pour s’entrainer à faire de petits parcours de dextérité entre ses thuyas, ça rime à quoi ?

    • Olivier dit :

      Je pense que si vous voler à 5 mètres de hauteur vous n’avez pas trop de souci à vous faire. Mais il devient vite tentant d’aller plus haut, plus loin … Dans ce cas là ça risque de poser probleme

      • fiduce dit :

        J’ai ce drone depuis 4 ans maintenant. Je ne suis pas tenté d’aller plus haut chez moi.
        Je parle de l’inspection de mes gouttières et de mon toit parce que c’est précisément la seule chose « en hauteur » que je fais chez moi avec ce drône (mis à part un peu de remise en dextérité, au début de l’été, mais alors plutôt en dessous de 3m). C’est aussi la seule chose qui me fait monter une caméra sur mon drône. J’ai d’ailleurs fait ça aujourd’hui (sans savoir que c’était « hautement illégal »), pendant la deuxième mi-temps du match France-Argentine (parce que je savais que peu de gens me verraient survoler mes gouttières avec la caméra pointée 3/4 vers le bas à ce moment là, et que donc je ne risquais pas d’en froisser « qui ne veulent pas être filmés » pendant mes manoeuvres de retournement).
        Bon, comme je l’écris ci-dessous, je ne suis pas dans la zone d’exclusion de la base aérienne. Mais je suis tout de même en zone rouge (du fait de l’urbanisation … même s’il y a des champs à 100m et même si mon quartier est pavillonnaire).

      • fiduce dit :

        D’une façon générale, je trouve qu’on fait trop de publicité aux interdits, et pas assez aux choses inaliénablement permises.
        Si je suis passible de prison et d’amendes si je vole à 1 m du sol chez moi, entre des thuyas opaques, y compris avec un drône de 500 kg doté de 12 caméras super 8, alors il y a un problème. Qu’on dise aux gens d’attacher une ficelle à leur drône s’il le faut, mais qu’on leur explique AUSSI ce qui est permis PARTOUT.
        Les drônes sont devenu le MAL ultime et personne ne se donne la peine de définir précisément ce qui n’est pas répréhensible.

  3. fiduce dit :

    Je viens de vérifier : je suis exactement hors zone d’exclusion de la base aérienne du coin (mais tout de même dans une zone urbaine).
    Mais ça ne change rien : même chez moi, je n’ai pas le droit de voler. Parce que chez moi, c’est dans une zone « urbaine ». Légalement, je n’ai même pas le droit de décoller de 50cm. Je me demande même si j’ai le droit de jouer au foot.

  4. Gillou dit :

    Bonjour,

    Le drone DJI MAvic Pro 2 vient de sortir. Il pèse environ 900 g. Une formation est donc indispensable. Or le site prévu par la DGAC n’est pas encore en place. Je ne suis pas sûr non plus que les formations alternatives (FFA) soient prêtes. De même le site pour enregistrer le drone n’existe pas encore.
    Bref a t-on le droit en attendant de faire voler ce nouveau drone ? Ou faut-il attendre ?….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *